Face à Free Mobile : erreurs et bad buzz pour Joe Mobile et SFR

"Révolution", un grand mot, désormais utilisé à tort et à travers. SFR avait promis une révolution en octobre, il n'en sera rien. Sa filiale Joe Mobile déçoit et entraine déjà de nombreuses critiques. Dans un monde où le consommateur ne pardonne plus rien aux opérateurs, retour sur les erreurs de Joe.

MàJ de 18h49 : mauvais buzz pour Joe Mobile. Depuis ce matin l'opérateur est sous le feu des moqueries et des critiques. Sur les forums et réseaux sociaux, les défenseurs de Joe Mobile se font rares. Accusé de vantardise à cause de ses promesses de révolution, Joe Mobile rate définitivement son lancement. Pour certains, l'opérateur pourrait bien disparaitre avant fin 2013.

Lancer une offre le même jour qu'une conférence Apple

Le monde du high-tech connait les risques : il ne faut pas faire une conférence le même jour que le lancement des produits Apple, à moins qu'il ne s'agisse vraiment d'une révolution. Joe Mobile va rapidement être chassé des esprits par la keynote d'Apple qui se déroule mardi 23 octobre. La célèbre firme à la pomme devrait dévoiler des nouveaux produits qui ne manqueront pas de monopoliser toute l'attention des médias et du grand public. Bonjour Joe, au revoir Joe.

Rater son buzz

SFR et Joe avaient promis une révolution : il n'en est rien. Le buzz n'a jamais démarré. Seules 2000 personnes ont suivi Joe sur Twitter depuis septembre tandis que le lancement du nouvel opérateur s'est déroulé dans l'indifférence générale. On est très loin de la frénésie Free Mobile qui avait débuté plusieurs mois avant sa commercialisation officielle.

3 go d'Internet et après il faut payer

Les opérateurs semblent l'avoir compris, sauf SFR. En 2012, proposer de l'Internet mobile bloqué une fois le palier atteint est une technique dépassé. Pire, chez JOE, il faut payer pour pouvoir continuer de surfer. Les adeptes de la musique en streaming avec deezer ou bien des vidéos sur Youtube vont rapidement déchanter une fois les 3 Go d'Internet consommés et ne pourront même pas consulter leurs mails sans repasser à la caisse. Sur cet aspect JOE ne révolutionne pas, il régresse.

Négliger les offres entre 2 et 10 euros

10 ou 20 euros, et puis c'est tout. Joe Mobile néglige les offres entre 2 et 10 euros. Le client n'a pas d'autre choix que de se tourner vers des forfaits trop chers, ou surdimensionnés par rapport à ses besoins. Mis à part Free Mobile avec son offre à deux euros pour une heure, les petits forfaits sont encore trop rares. De plus, Joe Mobile fait moins bien que Virgin qui propose déjà une offre à 8,99 euros pour 2 heures de communications et sms illimitées. Néanmoins, cette dernière n'est pas modulable.

Entretenir l'ambigüité sur ses relations avec SFR

Joe Mobile, ce n'est pas SFR, mais SFR est actionnaire. L'opérateur virtuel cultive l'ambiguïté avec la marque au carré rouge. Ainsi, Joe Mobile concurrencera directement les offres RED de l'opérateur tandis que les clients de SFR devront résilier pour partir chez JOE. Au-delà du fait qu'il est toujours complexe d'imposer une nouvelle marque, Joe Mobile ne sera donc pas la solution miracle pour SFR. L'opérateur s'est-il protégé d'un éventuel échec ?

Un forfait modulable qui ne va pas au bout de son idée

Un forfait modulable est une bonne idée en apparence, mais pour vraiment convaincre il ne doit rien imposer dès le départ. Chez Joe, le client devra débourser au moins dix euros par mois pour avoir le droit de personnaliser son forfait.

50 Mo d'Internet Mobile pourront être achetés au prix de 2 euros. Le tarif est le même pour 30 minutes de communications. Par ailleurs, pour 5 euros supplémentaires, il sera possible d'avoir 2 heures de communications et ou bien 1 Go d'Internet Mobile. Pourquoi Joe ne propose-t-il pas une formule qui commence à un prix plus bas, avec la vraie opportunité de créer son propre forfait ? Une formule avec 30 minutes de communications et 1Go d'Internet pour 7 euros par mois aurait été plus marquante.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut