Dogfidelity, le Facebook des chiens connectés

Après Wamiz et Zanibook, voici Dogfidelity, le premier réseau social français uniquement dédié à l'univers canin. Mis en ligne hier, le site s'adresse à la fois aux maîtres et à leurs compagnons à 4 pattes.

Imaginé par trois Parisiens amoureux de la race canine, Dogfidelity se veut adapté, intuitif, facile à prendre en main. "Tout est organisé de façon simple pour favoriser les échanges", explique Thierry Maupas, l'un des cofondateurs, joint par Le Parisien. Car si les interactions entre membres commencent derrière un écran, le site a aussi vocation créer des rencontres entre passionnés. Amicales… ou plus si affinité ! "Rien de mieux qu'un chien pour engager la conversation avec un ou une inconnue, dans un parc lors d'une promenade, mais aussi en ligne", poursuit Thierry Maupas.

"Gratuit", mais le maître et son chien sont le produit

En quelques clics, le maître peut créer son profil, puis y associer celui de son chien. La personnalisation est infinie, avec un tas d'informations à compléter : race, couleur du pelage, âge, activités pratiquées, e-carnet de santé… Un arbre généalogique en ligne permettra même aux toutous de retrouver leurs parents proches. A condition, bien sûr, qu'ils soient déjà inscrits… Comme sur Facebook, l'utilisateur a la possibilité de publier des photos que ses "amis" peuvent liker, partager, commenter à volonté. Cerise sur le gâteau ? Un dispositif d'"alerte chien perdu" qui diffusera un avis de recherche dans un rayon de 10 km grâce à la géolocalisation. Un coup de pouce non négligeable si jamais Médor venait à disparaître.

Dogfidelity est gratuit, mais comme c'est souvent le cas sur Internet, c'est bien parce que le maître et son chien sont le produit. Nos animaux sont aujourd'hui de gros secteurs de dépenses. Il ne fait aucun doute que Dogfidelity va pouvoir engranger de nombreuses données personnelles et, pourquoi pas, vendre de la publicité ciblée. Quant aux professionnels, ils devront payer dix euros par mois.

à lire également
Dans un message posté sur les réseaux sociaux, les gendarmes du Rhône avertissent sur les risques du Bird Box challenge. Inspirée d'un film de Netflix, cette pratique consiste à se bander les yeux et réaliser des actions. Aucun incident n'a été recensé sur Lyon ou dans le Rhône pour l'instant.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut