tony parker camp g Michallet villeurbanne2_1180x787
@Gilles Michallet / Villeurbanne

Tony Parker en visite à Villeurbanne : "Redonner ce que j'ai reçu"

tony parker camp g Michallet villeurbanne2_1180x787 ()

@Gilles Michallet / Villeurbanne

A quelques jours du début des Jeux olympiques, Tony Parker a fait une apparition remarquée mardi à Villeurbanne pour le plus grand bonheur de 280 jeunes qui participent durant une semaine à un camp de basket.

Motivé comme jamais. Levé à 4h du matin, arrivé dans le Rhône à 8h. Tony Parker tenait absolument à être présent sur le campus de la Doua pour la première édition du Tony Parker Camp à Villeurbanne. Après cinq éditions organisées à Fécamp, le Tony Parker Camp a posé ses valises à Villeurbanne cette année. Une évidence pour le vice-président de l’ASVEL. En tout, pas moins de 280 jeunes basketteurs de l’Europe et du monde entier participent à ce stage du 22 au 29 juillet. Pour accueillir cet évènement, rien de mieux que le campus de la Doua, comme l’explique Eric Maurincomme, directeur de l’INSA. "Nous sommes ravis. L’INSA a toujours été ouvert sur la ville. On montre à ces jeunes qu’il est possible d’allier sport et études".

camp TP g michallet 2 villeurbanne_1352x885 ()

@Gilles Michallet / Villeurbanne

Sous un soleil de plomb, le capitaine de l’équipe de France de basket a répondu aux questions des journalistes sur la terrasse du réfectoire du campus universitaire. Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne, n’a pas hésité à dire que l’accueil du Tony Parker Camp était "un grand moment de l’histoire de Villeurbanne". Cette année, en raison de sa participation aux JO, TP n’a pu être présent qu'une seule journée grâce à l'accord de Vincent Collet, le sélectionneur des Bleus. "Il sait que ces camps me tiennent à cœur, indique Parker. J'ai donc eu l'autorisation de venir et je suis vraiment heureux d'être ici." Les basketteurs en herbe, âgés de 10 à 20 ans , ont pu profiter de la présence de Tony Parker pour faire des photos et faire signer des autographes. "Tony Parker, c’est mon idole" s’exclame Thomas.

"Je fais partager mon expérience"

Pour le joueur triple champion NBA avec San Antonio, la rencontre avec les jeunes est importante. "Je joue avec eux, je fais partager mon expérience. C’est sympa, ils me posent beaucoup de questions" a-t-il expliqué. Avant de poursuivre, un brin ému "Quand je vois leur sourire et quand je reconnais des stagiaires qui participent à ces camps depuis plusieurs années, ça me fait plaisir". Un stage qui permet également aux jeunes talents de se révéler. Pour cela, Gregor Beugnot, entraîneur champion de France de Pro A avec Chalon-sur-Saône l’année dernière, prodigue de précieux conseils aux basketteurs.

Le coach mythique de l'Asvel (de 1992 à 2001, vainqueur de trois Coupe de France) ne se prive pas pour adresser des louanges à TP : "Il n'est pas là pour son image de marque. Il s’investit beaucoup avec les jeunes. Il leur apporte beaucoup. Je me retrouve parfaitement dans cette philosophie." Ce à quoi répond Parker "Tous les coachs devraient lui ressembler. Avec lui on peut faire avancer le basket français".

A midi, tout le monde à la cantine. Même "TP".

Après la conférence de presse, place au match. L’équipe du joueur des Spurs, avec entre autres, Edwin Jackson (Asvel), Dounia Issa (Le Mans) et Steed Tchicamboud (Châlon), a affronté une sélection de partenaires et de journalistes. Une rencontre disputée dans la joie et la bonne humeur. Mais les professionnels ont été sans pitié : victoire sans appel des professionnels. À midi, tout le monde à la cantine. Oui, même la star de l’équipe de France.

L’après-midi, Tony Parker s’est livré à une série d’interviews. À trois jours de l’ouverture des Jeux olympiques, ce dernier est très demandé. L’ambiance est cependant à la détente. "C’est vraiment cool" explique Gaëtan Müller, organisateur du camp et ami d’enfance de Parker. Les joueurs sont accessibles. Après le match "amical", certains d’entre eux se rendent même au réfectoire en vélo. Le meneur de jeu de San Antonio, sourire aux lèvres, semble heureux.

"Rendre au basket français ce qu’il m’a donné"

camp TP Michallet 72 ()

@Gilles Michallet / Villeurbanne

Tony Parker se sent véritablement investi d'une mission. Au nom des valeurs familiales. "Cela vient de l'éducation de mon père. Il m'a toujours dit de redonner ce que j'ai reçu. Je prends énormément de plaisir à partager avec les jeunes." Le capitaine des Bleus voit même ici, un rôle social. "Il faut s'occuper de la jeunesse française", dit-il. "J'ai toujours en tête de rendre au basket français ce qu'il m'a donné." L’actionnaire de l’ASVEL peut désormais rejoindre ses coéquipiers de l’équipe de France avant de partir pour les JO de Londres.

Lire aussi : Reportage vidéo réalisé par Lyon Capitale TV

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut