Rémi Garde dans le Jour du Seigneur

Médias : Rémi Garde parle de sa foi

Rémi Garde était l'invité de l'émission "Le Jour du Seigneur", ce dimanche 22 juin à 10h30. L'ex-entraîneur de l'Olympique lyonnais, ne cache pas la foi qui l'anime. Il a donc accepté de venir sur le plateau de France 2, en compagnie de Mgr Lebrun, évêque de Saint-Étienne et arbitre de football amateur. Le thème de l'émission sera : "Le foot, quel terrain pour la foi ?". L'émission a d'ores et déjà été enregistrée. Lyon Capitale y a eu accès en exclusivité.

On apprend notamment dans cette émission, qu'à l'origine c'est l’Église qui a poussée l'émergence du football professionnel en France. Les questions de l'importance du football dans la société, du talent qui n'est rien sans travail, des erreurs qui font progresser, de l'injustice et du pardon, de l'argent en quantité, de la médiatisation et de la jeunesse, ou encore de la responsabilité de l'exemple que les footballeurs doivent donner, sont les thèmes qui y sont principalement abordés.

Interrogé sur son lien personnel avec l'OL, Rémi Garde se veut clair sur son attachement au club lyonnais :

"J’ai été formé dans ce club qui m’a vu grandir et m’a permis de réaliser une carrière qui m’a emmenée ailleurs par la suite, mais il est vrai que je suis marqué du sceau lyonnais".

Sa foi et ses valeurs l'ont guidées pour entraîner

Quand il est question de valeurs et de foi, Rémi Garde à des choses à dire, qui peuvent d'ailleurs expliquer son choix de faire une pause avec le football pour se recentrer sur sa vie familiale :

"Le respect des gens, le travail, l’humilité font partie des valeurs qui me caractérisent et j’essaye de les transmettre autour de moi car j’y crois beaucoup. Le fait d’être dans une arène médiatique peut porter préjudice parfois. C’est un milieu très exposé où le côté excessif n’est pas forcément réprimandé, il peut même être transformé en qualité. Or je n’ai pas ce caractère là, même si par moments j’ai pu l’avoir. Le sport en général et le foot en particulier peuvent faire ressentir des émotions tellement profondes qu’elles amènent à extérioriser ce qu’on ressent. Cela peut faire jouer des coudes avec les autres. Mais j’ai beaucoup de respect pour tous les gens. Malheureusement, dans ce milieu, cela peut être pris pour un défaut et non une qualité et cela il faut y faire attention".

Il avoue parler parfois de sa foi avec Bernard Lacombe, lui aussi croyant :

"Ma foi vient de mon éducation, de ma famille, de mon enfance. J’échange à ce sujet avec Bernard Lacombe de par la proximité de notre génération et de notre fonction".

Il explique en quoi ses valeurs l'ont aidées vis-à-vis de la jeune équipe lyonnaise qu'il entraînait jusqu'à la saison dernière :

"Même professionnel, il ne faut pas oublier que les joueurs sont relativement jeunes, qu’il sont des hommes comme tout le monde. Dans une équipe, pour avoir un but commun, il faut avoir des notions de valeurs chrétiennes, comme la solidarité, l’entraide, le dépassement de soi. C’est le rôle de l’entraîneur de le rappeler".

Il exprime également quelle est la place de la foi dans sa vie :

"Ma relation à Dieu, je dirais qu’elle m’aide profondément et régulièrement. C’est un chemin difficile à suivre, à exprimer par des mots. Mais la force qui m’a permis de faire tout ce que je fais, qui me guide tous les jours vient en grande partie de là".

L’affaire Thiago Motta et pourquoi il s'est excusé publiquement

Enfin, il revient sur l'épisode moins glorieux pour lui, où il avait insulté Thiago Motta, avant de présenter ses excuses. Il explique en quoi ses erreurs le font avancer et pourquoi demander pardon est tout ce qu'il y a de plus normal pour lui :

"Le pardon est très important pour moi et il faut savoir s’excuser. Quand on a des responsabilités on fait des choix et on peut se tromper. Reconnaître ses erreurs est essentiel car on avance grâce à elles. Celui qui ne fait pas d’erreurs ne peut pas progresser. Par rapport à ses insultes envers Thiago Motta : Cet événement m’a vraiment mis mal à l’aise, ce n’était pas vraiment moi à ce moment là, même si dans les faits c’était moi. La fonction d’entraîneur fait que par moments on peut se sentir dépassé. Cela a été le cas ce jour là et prendre la parole en public pour demander pardon était naturel".

L’émission sera accessible en replay dès ce dimanche et jusqu’au 6 juillet 2014.

à lire également
Le défenseur central de l’OL Mapou Yanga-Mbiwa, le 7 mai 2016 à Décines – Match OL-AS Monaco © Romain Lafabrègue / AFP
Il a accepté de sortir de son silence pour Lyon Capitale. Le défenseur central de l’OL Mapou Yanga-Mbiwa, qui s’entraîne quotidiennement avec l’équipe réserve, a complètement disparu des radars depuis décembre 2017. Arrivé en 2015 en provenance de la Roma, le joueur âgé de 29 ans est sous contrat avec le club rhodanien jusqu’en juin 2020. Mais il ne se fait guère d’illusions : son avenir s’inscrit loin de Lyon.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut