Lyon toujours patron

Et préparé de la meilleure des façons la venue de Barcelone mardi soir...

Rennes-Lyon. Ou les retrouvailles entre Sylvain Wiltord et son ancien club. Retrouvailles qui ont rapidement tourné à l'avantage des Lyonnais. Dès la cinquième minute de jeu, un pénalty est sifflé pour une faute de Hansson sur Benzema. Juninho ne se prive pas d'ouvrir le score en prenant Pouplin à contre-pied. Les Rennais ripostent immédiatement par l'intermédiaire de Wiltord mais sa frappe est facilement captée par Vercoutre. Les Bretons pressent haut et multiplient les tentatives. Sans succès. A la 24ème minute, Grosso remise une touche pour Ben Arfa qui se défait de deux joueurs, pénètre dans la surface adverse et fait mouche d'une puissante frappe du gauche. A 2-0 contre eux, les Rennais n'abdiquent pas mais se retrouvent souvent bloqués par une équipe lyonnaise bien en place et qui monte en puissance. Les joueurs de l'OL sont sur tous les ballons et ne laissent que de très rares miettes à leurs adversaires. Benzema par trois fois manque d'aggraver le score. L'avantage des Lyonnais à la pause est largement mérité. Sur leurs onze tirs, six sont cadrés.

Benzema, victime d'une béquille, incertain pour Barcelone...

Avec une nouvelle organisation tactique et le remplacement de Leroy par Briand, les Rennais espèrent modifier la donne en deuxième période. A la 47ème, Benzema est contraint de sortir, victime d'une béquille. Fred prend sa place. La minute suivante, Pagis centre pour Wiltord qui frappe instantanément mais Vercoutre capte bien le ballon. A la 55ème, Juninho sert Fred dans la surface qui manque son duel avec Pouplin. C'est ensuite Kallstrom, qui hérite d'un bon ballon de Govou, qui voit sa tentative contrée. Lyon semble quelque peu baissé le pied. Rennes en profite pour se procurer ses plus belles actions. A la 60ème, Thomert à la limite du hors-jeu prend toute la défense lyonnaise de vitesse pour servir Wiltord qui frappe instantanément. Vercoutre s'interpose in-extremis. Le portier lyonnais s'emploie de nouveau face à Marveaux peu après. La défense olympienne est très sollicitée mais tient bon. Et c'est sans avoir forcé que l'OL s'impose. L'adage cher à Gérard Houllier et repris plusieurs fois cette saison est donc toujours d'actualité : une grande équipe ne perd jamais deux fois de suite.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut