Ligue 1 : qui sera champion ?

A trois mois du terme du championnat de France, le suspense reste entier. Cinq équipes se tiennent en quatre petits points, de Lille, premier avec 46 points, à Lyon, cinquième avec 42. Du jamais vu. Tour d’horizon des points forts et points faibles des candidats à la couronne hexagonale 2010-2011.

Lille

1er : 46 points (+19)

Forces

La formation dirigée par Rudi Garcia est celle qui produit le plus beau jeu de Ligue 1 depuis le début de saison. Avec Moussa Sow, meilleur buteur du championnat et ses virtuoses offensifs, aussi virevoltants qu’insaisissables (Eden Hazard, Gervinho), le LOSC est capable de déstabiliser n’importe quelle équipe. "Débarrassé" de la Ligue Europa, le titre national récompenserait la remarquable gestion du club nordiste depuis l’arrivée de Michel Seydoux aux manettes.

Faiblesses

Depuis la reprise, les coéquipiers de l’ex-Lyonnais Florent Balmont patinent. Emoussés physiquement, les Lillois ont vu une bonne partie de leur avance réduite ces dernières semaines. Les poursuivants, affamés, sont revenus sur leurs talons. Ne bénéficiant pas de l’expérience d’un sprint final, ni d’un effectif quantitativement extrêmement fourni, le LOSC pourrait laisser des plumes dans les ultimes instants. Là où le droit à l’erreur n’existe plus.

Rennes

2ème : 46 points (+12)

Forces

La surprise de ce Top 5. Personne n’attendait les Bretons à pareille fête. Pas même leur fantasque entraîneur, Frédéric Antonetti, qui se plaît à rappeler sans cesse l’éphémère réussite de sa formation. Avec une défense hermétique (seulement 18 buts encaissés), l’insouciance de sa jeunesse triomphante, et sans la pression démesurée d’absolument terminer sur le podium (au contraire de l’OL ou de l’OM), le Stade Rennais peut entrevoir les étoiles.

Faiblesses

Qualitativement, club breton est sans doute celui qui regorge du moins de talents bruts. De grands joueurs capables de renverser une rencontre décisive. De bouleverser la destinée d’une saison. Déficit structurel, manque de ferveur autour du club et d’expérience des matchs couperets, différence de buts défavorable (+12, la plus faible des cinq prétendants) : il faudrait un cataclysme pour voir Rennes triompher, où tout le monde se parfait déjà d’une cinquième place.

Marseille

3ème : 45 points (+15)

Forces

Champion en titre, l’OM a conquis son Graal l’année dernière dans la position du chasseur. La situation se reproduit aujourd’hui. Sans fanfaronner, ni impressionner, avec un niveau de jeu pourtant très pauvre, Marseille engrange les points. Avec le meilleur effectif de France (au coude-à-coude avec Lyon), une charnière centrale retrouvée et imperméable (Diawara, M’Bia) et l’habitude des matchs à enjeux, le club phocéen reste le principal favori à sa propre succession.

Faiblesses

Avec des recrues estivales peu inspirées (Rémy, Gignac), une star peu compétitive (Lucho), les supporters de l’OM doivent de se contenter depuis le début de saison d’un spectacle de piètre qualité. Sans "serial" buteur (le meilleur Rémy compte seulement 7 réalisations), Marseille devra forcément hausser son niveau. Et aucun signe ne tend, pour l’instant, dans ce sens. De plus, l’éventuelle qualification à Manchester (15 mars) pourrait, paradoxalement, venir contrarier les desseins de la bande à Deschamps.

Paris Saint-Germain

4ème : 44 points (+14)

Forces

Le mois de novembre, époque de la traditionnelle crise dans la capitale, est dans le rétroviseur. Et pourtant, le PSG pointe toujours le bout de son nez, en embuscade. Avec dans ses rangs l’actuel meilleur joueur de Ligue 1, le remuant Néné, Paris prouve match après match sa capacité à jouer les première rôles. Et quand le LOSC, autre modèle dans le jeu, semble moins insaisissable hors de ses bases, le PSG, lui, ne faiblit pas.

Faiblesses

Toujours en course dans trois compétitions (Ligue Europa, Coupe de France, L1), Paris peut-il courir trois lièvres à la fois ? Avec un effectif de qualité mais peu pléthorique, le club francilien, à tout vouloir gagner, pourrait tout perdre. Et les points faibles subsistent : un gardien, Apoula Edel, pas au niveau de ses acolytes du Top 5, une trop grande dépendance à Néné et un cruel manque d’efficacité. Des points laissés en cours de route qui pourraient se révéler préjudiciables au moment de faire les comptes.

Lyon

5ème : 42 points (+14)

Forces

Le septuple champion de France, de 2002 à 2008, adore ses luttes effrénées. Après une entame catastrophique (5 points en 7 matchs), l’OL est revenu dans la course. Pas toujours emballant, Lyon peut compter sur le retour en forme de ses joueurs majeurs (Toulalan, Gourcuff) pour, une nouvelle fois, supplanter ses rivaux sur la ligne d’arrivée. L’expérience de la formation rhodanienne ainsi que la richesse de son groupe en font un candidat plus que dangereux. Certainement le mieux armé.

Faiblesses

L’Europe, vecteur d’une débauche d’énergie incommensurable, pourrait compromettre la quête du titre pour l’OL. En cas de qualification à Madrid le 16 mars prochain, évidemment. Mais l’incertitude lyonnaise ne résulte pas seulement de ce critère. Avec une défense perméable et peu sûre (25 buts encaissés, la moins bonne du Top 5), un entrejeu au rendement insuffisant et sa star, Lisandro Lopez, aussi capricieuse que formidable, la formation de Claude Puel a encore de nombreux détails à affiner. Et le temps presse.

L'avis du service des sports

Razik Brikh :

1.Lille 2.Paris-SG 3.Lyon 4.Rennes 5.Marseille

Anthony Faure :

1.Paris-SG 2.Lyon 3.Marseille 4.Lille 5.Rennes

Donnez aussi votre avis. Selon vous, quel sera le classement final à l'issue de la saison de Ligue 1 ? A vous de juger.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut