La mise au point de Rémy Vercoutre

Rémy Vercoutre était de passage lundi dans la salle de presse de Tola-Vologe pour évoquer la période noire que traverse l’Olympique lyonnais. Confessions.

La réunion avec Jean-Michel Aulas
"Le discours du président était très positif. Il nous a mis face à nos responsabilités mais surtout il a voulu nous conforter dans le fait qu'il avait confiance en nous et dans le staff technique. A partir de là, il nous a dit de ne surtout pas baisser les bras. Il a peut être voulu se rassurer en nous faisant passer le message, mais de toute façon on est tous sur la même longueur d'onde. Le discours est positif parce qu'on croit en nous. On peut nous raconter ce qu'on veut aujourd'hui, on n'est pas non plus à deux journées de la fin. Il nous reste trois journées avant la trêve, on sait ce qu'il nous reste à faire."

Les relations Vercoutre - Cissokho
"Il n’y a pas d'embrouille avec Cissokho. "Cisso" c'est quelqu'un qu'on adore dans le groupe parce qu'il a 21 ans, il est plein de fougue. Le problème c'est qu'il avait mal aux adducteurs avant le match de Lille, moi je ne le savais pas. Je l'ai repris pendant l'entraînement, je lui ai dit : " Cisso, bouge toi !". Il m'a regardé et il m’a dit : "Rémy, je ne peux pas, j'ai trop mal". De là on a dit qu'il y avait eu un clash. Il n’y a rien eu. Il n'y a pas eu d'embrouille, pas eu de bagarre. Je l'ai dit à l’un de vos collègues mais apparemment ça n'a pas été très bien retranscrit. Après si on écrit des choses qui sont fausses moi je n'y peux rien mais sincèrement la vérité elle est là." (Ndlr : Effectivement Rémy Vercoutre nous a contacté, mais seulement le lendemain de la publication de notre article relatant une altercation entre lui et Aly Cissokho).

Ambiance au sein du vestiaire
"Ce qui est bien, malgré les mauvais résultats et le manque de points au classement, c'est qu'il n'y a pas de fissure, il n’y a pas d'embrouille. On est conscient qu'il ne faut pas qu'on se désolidarise, qu'on doit se regrouper, se serrer les coudes. Si je suis venu m’exprimer c’est pour vous montrer que c'est le cas. Je suis quelque part le représentant du vestiaire, de ce qu'on veut véhiculer et on est face à nos responsabilités comme nous l'a rappelé le coach. On est tous conscients qu'on a un super boulot, on est à Lyon mais bon c'est une période difficile. On va tout faire pour que cette période noire soit la plus courte possible. Dès mercredi soir contre Boulogne, il faut qu’on prenne les trois points pour repartir de plus belle."

Claude Puel
"C’est embêtant parce qu'on touche au coach qui est notre guide, le mec que l’on doit suivre. On n'est pas dans un climat très serein. La moindre faute fait que tout le monde se pose des questions. Il y a une attente énorme."

La réception de Boulogne
On prend Boulogne avec autant de sérieux que ce qu'on a fait contre Bordeaux ou Liverpool. On a vraiment à cœur de gagner, de prendre les trois points afin d’emmagasiner de la confiance et un peu de sérénité.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut