Gary Chalandon comme dans un rêve

Un jeune français aux 24H du Mans, c'est assez rare pour le souligner. Surtout quand il s'agit d'un Lyonnais. Portrait.

Son histoire ressemble à un conte de fée, surtout pour un Français. A 23 ans, Gary Chalandon, lyonnais d'origine et étudiant dans une école de commerce dans le civil, disputera les 24H du Mans du 12 au 13 juin prochain. Pour en arriver là, il a du se battre dans un sport automobile français en déclin. Du karting au prototype, il aura gravi tous les échelons avec succès. ''On peut avoir des coups de chance comme c'est le cas avec moi.'', nous rétorque-t-il avec modestie. Et contrairement aux idées reçues, il ne compte pas faire carrière dans la monoplace comme la plupart des jeunes pilotes. ''Mon but, c'est l'endurance et le sport prototype'', lâche-t-il en ajoutant que ''pour arriver en Formule 1 par exemple, je savais très bien que je n'aurais jamais les moyens d'amener 10 millions d'euros.''

''Un rêve de gosse''

C'est en 2009 que tout s'accélère pour lui. Il intègre le championnat Formula Le Mans et termine 7ème au classement. Après quelques essais avec une écurie du championnat Le Mans Series, c'est la consécration. La suite, c'est Gary Chalandon qui le raconte le mieux : ''Pour moi, c'est un rêve de gosse qui se réalise, c'est quelque chose assez d'exceptionnel car j'ai toujours rêvé de faire cette course.'' C'est avec de la fraîcheur et de l'insouciance que le pilote aborde cet évènement : ''c’est vraiment génial de se retrouver aux 24 Heures du Mans pour la première fois, j’ai encore du mal à réaliser. C’est complètement dingue ! Je suis dans un état second, j’ai hâte de prendre la piste !", s'exclame-t-il. Le Lyonnais est comme un enfant au milieu de jouets lors des vérifications, de très gros jouets en l'occurrence : ''Ça s'est passé dans une ambiance surréaliste, il y avait tellement de monde... Je ne réalise pas encore".

''Le sport automobile en France a un peu perdu de sa superbe''

Avant le jour-J, l'étudiant ne se met pas de pression inutile. ''Pour nous, l'objectif c'est de finir la course'', coupe-t-il. En dépit de sa fougue, caractéristique d'un jeune de 23 ans, Gary Chalandon garde les pieds sur terre : "J'y vais en étant très humble, il y a beaucoup d'anciens pilotes de F1, le niveau est très haut, il faudra y aller étape par étape'', dit-il avec beaucoup de respect. Le pilote lyonnais déplore aussi la situation des pilotes français, pas toujours bien représentés. ''Je pense que le sport automobile aujourd'hui est une question d'argent. En France, il est très difficile de trouver des budgets pour rouler.''

Concernant le manque de reconnaissance de sa discipline, Gary Chalandon se veut malgré tout optimiste et croit à des changements. ''Le sport automobile en France a un peu perdu de sa superbe mais je pense qu'il faudrait à nouveau faire sa promotion, pour que le public réponde présent au sport automobile. On a des courses, des pilotes mais en région lyonnaise par exemple, on a pas de grands circuits ni de grandes courses.'', souffle-t-il. Enfin, quand il parle de son futur, c'est avec de grandes ambitions : ''Mon rêve, c'est d'avoir un volant officiel chez Peugeot ou Audi. Mais le chemin est encore long donc je me donne quelques années pour y parvenir.'' Mais il est conscient que se faire un nom sera ardu : ''pour un pilote lyonnais comme moi, c'est difficile de me faire connaître.''

à lire également
12e traversée de Lyon
Au volant de leurs vieilles 4L et autres 2CV, les collectionneurs de modèle de luxe et d’automobiles anciennes ont parcouru les rues de la capitale des Gaules ce dimanche à l’occasion de la 12e traversée de Lyon. Leurs gros cylindres et leurs vieux moteurs ont fait vibrer les rues lyonnaises ce dimanche. Pour la 12e […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut