Cissokho a les crocs

Un sacré défi pour l'ancien joueur de Gueugnon.

On connaissait le fabuleux destin d'Amélie Poulain. Désormais, voici celui d'Aly Cissokho. Parti il y a un an du FC Gueugnon (Ligue 2) pour le Vitoria Setubal (D1 portugaise) dans l'indifférence générale, le natif de Blois va ensuite exploser au FC Porto. 'C'est une histoire pas comme les autres, cela n'arrive pas à tout le monde. Il m'a fallu partir à Setubal pour poursuivre ma carrière professionnelle. J'ai prouvé en quelques mois le niveau que je pouvais atteindre', raconte le joueur d'origine sénégalaise. Défenseur solide, centreur appliqué, Aly Cissokho possède toutes les qualités du latéral moderne.

Le joueur de 22 ans s'est fait un nom dans le monde du football lors d'un quart de finale de Ligue des Champions contre Manchester United. Dès lors, Cissokho fait l'objet de nombreuses convoitises. Le Milan AC saute le premier sur l'occasion. 'Le Milan est un club qui me fait rêver depuis mon enfance. Mais il s'est passé ce qui s'est passé', soupire-t-il. Alors que tout semble indiquer qu'il va s'engager en Italie, le club lombard fait volte-face, évoquant des problèmes dentaires pour mettre fin aux négociations. 'Ce sont des mensonges. Le problème était d'ordre financier et non pas d'ordre médical. La preuve, à Lyon, la visite médicale a été très poussée. J'ai rencontré les meilleurs dentistes, il n'y a eu aucun problème', explique-t-il en toute sérénité.

C'est donc entre Rhône et Saône et contre un chèque de plus de 15 millions d'euros que Cissokho s'apprête à poursuivre sa belle ascension. 'Je veux d'abord prendre mes marques à l'OL et vite m'adapter à la Ligue 1. Au Portugal, j'ai énormément progressé sur le plan mental. J'espère que tout se passera bien à l'OL', confie-t-il. Pour prometteur qu'il soit, Aly Cissokho reste un espoir qui a besoin de confirmer. Et pourtant, Bernard Lacombe qui en connaît un rayon en football, n'hésite pas à le comparer à Eric Abidal (Abidal avait été acheté à Lille en 2004 pour 8,5 millions d'euros). 'C'est très flatteur, concède-t-il. C'est un grand joueur que je respecte beaucoup. Sans le faire exprès, j'ai hérité à l'OL du même numéro que lui (Ndlr : Le numéro 20). Marcher sur ses traces serait très bien pour moi'. Histoire sûrement de poursuivre son fabuleux destin.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut