Christer Eriksson : " Le recrutement n'est pas fini "

En interne, le club s'active pour la saison prochaine. Interview.

Lyon Capitale : Quel bilan faites-vous de cette saison 2008/2009 ?

Christer Eriksson : Le premier regret est bien évidemment l'objectif non rempli de la montée en D1 (2ème niveau français), qui fut une grosse déception. Sinon, l'ensemble de la saison reste correcte, avec des résultats honorables dans une poule bien plus élevée que les années précédentes avec deux équipes comme Mulhouse et Cholet. Tant mieux, ce fut plus excitant pour les joueurs et le public.

Allez-vous rester au club ?

Oui, bien-sûr. Une des raisons pour lesquelles j'ai posé mes valises à Lyon était un contrat longue durée avec l'objectif de la montée en D1. Maintenant, même un CDI n'est pas une sécurité en soi. J'ai la chance de n'avoir jamais été viré et de n'avoir jamais quitté un club en mauvais terme.

Quel est l'objectif pour l'année prochaine ?

L'objectif ne change pas par rapport à cette saison, c'est-à-dire la montée en D1. Nous allons avoir une nouvelle structure avec une nouvelle équipe. Sébastien Berthet, nouveau président de la SASP, travaille en étroite collaboration avec les actionnaires. A partir de là, c'est plus facile pour moi au niveau sportif. Je connais bien le marché pour recruter les joueurs, et lui connaît sur le bout des doigts les possibilités du club.

Cette nouvelle structure ne crée-t-elle pas de petites tensions en interne ?

Peut-être que certaines personnes ne sont pas satisfaites. De toute façon, rarement dans une structure, tout le monde est d'accord.

Où en êtes-vous au niveau du recrutement ?

Le constat que nous avons fait est l'échec du club lors de ces deux dernières années. Aujourd'hui, nous sommes plus sélectifs, avec un recrutement plus qualitatif que quantitatif. On recherche, d'abord, le joueur qui va faire la différence dans chaque poste. Nous venons de signer Nicolas Deshaies, un jeune joueur prometteur, évoluant parmi les meilleures équipes de la Ligue Magnus. Physiquement, il est costaud. Ce n'est pas un cadre par son expérience mais il sera le meilleur dans son rôle. D'autre part, les attaquants Robert et Alex Olsson reviennent chez les Lions. Deux joueurs de Rouen, l'attaquant Adrien Dufournet et le défenseur Martin Croguennec nous rejoingnent aussi, en compagnie d 'Anthony Kodyjasz (Viry-Chatillon) et de Maximilien Tromeur (Gap). Nous avons encore d'autres contacts très avancés. Le recrutement n'est pas fini.

Un mot sur ces deux nouvelles recrues suédoises, Robert et Alex Olsson ?

Ce sont deux joueurs qui étaient avec nous les années précédentes. A l'époque, nous aurions bien aimé les conserver. Cette année, nous sommes arrivés à un accord avec un meilleur contrat, et pas forcément d'ordre financier. Ce sont des valeurs sûres que l'on connaît bien. Il n'y aura aucun problème d'adaptation.

Qu'en est-il des départs ?

Les départs comme ceux de Yoann Chaumière, Romain Masson, Quentin Garcia ou Mathieu Reverdin pour la Ligue Magnus (1er niveau français) sont regrettables. L'équipe va être bien rénovée. On peut dire que cela va être une nouvelle équipe. Nous avons envie de changer le noyau, car le cycle est fini, même si je n'ai rien contre l'idée d'en rénover quelques uns d'entres eux. D'autres départs ? C'est fort possible, étant donné que certains ne se sont pas vus proposer de prolongation de contrat pour l'instant.

Propos recueillis par Vincent Serrano

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut