Aux Gones de jouer

Avec sa classe biberon, l’OL espère ramener de Lisbonne une qualification pour les 8es de finale de la Ligue des Champions.

Un point. Il suffit d’un match nul aux Lyonnais, ce mardi soir contre Benfica, pour se qualifier pour la huitième fois consécutive pour les huitièmes de finale de la C1. Malgré tout, la délégation rhodanienne n’a pas l’intention de se contenter du minimum en terre portugaise, à l’image de Michel Bastos, auteur de trois des six buts lyonnais en Ligue des Champions."On sait que ça va être très dur, on l'a vu à la maison. On va là-bas pour gagner et obtenir notre qualification", souligne le Brésilien. Les joueurs de Claude Puel qui ont remporté leurs trois premiers matches dans ce groupe B ont la possibilité en cas de succès contre Benfica d’être la première équipe française à s’imposer sur la pelouse du club lisboète en 9 matches de Coupe d'Europe (5 défaites et 4 nuls pour les formations tricolores). Pour Jean-Michel Aulas qui a fait le déplacement en avion avec les joueurs pour la première fois depuis deux ans, l’objectif de l’OL est clairement de remporter ses six matches de poule. "Lyon collectionne un certain nombre de records. C’est un challenge qu’on s’est fixé et qui pourrait être incroyablement fort en cas de réussite", indique le président lyonnais.

La classe biberon lyonnaise en force à Lisbonne

Avec les absences conjuguées de Delgado, Ederson, Toulalan, Cissokho et Lisandro, tous pour cause de blessures, Claude Puel devrait ce mardi soir continuer de faire appel aux jeunes joueurs qui composent son effectif. "Les jeunes nous amènent de la fraîcheur, de la générosité. Ils sont dans l’équipe professionnelle parce qu’ils le méritent, confie Claude Puel. Ils montrent de belles choses à l’entraînement. J’ai toujours dit, même si on me l’a quelques fois reproché, que les jeunes faisaient partie intégrante du groupe". Auteur du but victorieux contre Sochaux (2-1), Alexandre Lacazette, vice-champion d'Europe des moins de 17 ans en 2008 et champion d'Europe des moins de 19 ans incarne parfaitement cette classe biberon lyonnaise. "On nous a toujours dit de nous tenir prêts à entrer en jeu. Le centre de formation marche bien. On souhaite suivre la trace de Karim Benzema qui était au centre lui aussi", soupire le jeune attaquant lyonnais. "Quand la France a gagné le championnat d'Europe des moins de 19 ans, au club, nous étions tous très fiers d'avoir six Lyonnais (cinq aujourd’hui puisque Tafer est prêté cette saison à Toulouse, NDLR) dans cette équipe, ça prouve qu'aujourd'hui le groupe est de qualité. Il faut le voir comme un atout pour le futur que d'autres clubs n'ont pas", embraye Jean-Michel Aulas. Quoi qu’il en soit, ce mardi soir à Lisbonne, Lacazette et sa bande de copains du centre de formation de l’OL (Kolodziejczak, Gassama, Grenier, Gonalons, Pied, Belfodil) auront une nouvelle fois l’occasion de s’illustrer et de prouver que Lyon peut compter sur ses Gones.

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut