L’OL prêt à défier Paris version Qataris

Leaders ex-æquo au classement de la Ligue 1, le PSG et l’Olympique lyonnais s’affrontent ce dimanche soir (21h, Canal +), pour le match au sommet de la 9ème journée de Ligue 1. Les Gones qui enchaînent les bonnes performances depuis le début de saison veulent poursuivre leur bonne série face à l’un des prétendants au titre.

Il y a les matches tests. Les matches à enjeux. Les matches référence. Les chocs au sommet ou encore les tournants du Championnat. Bref, le monde du football use et abuse des qualificatifs avant chaque affrontement entre grosses équipes. Forcément, avant la confrontation contre le PSG (leader au bénéfice du classement du fair-play), la tentation est grande d’employer l’un de ces termes pour qualifier la rencontre ô combien importante de ce dimanche soir. Ce qui n’est vraiment du goût de Rémi Garde pas du tout fan de l’utilisation à outrance de ce type de vocabulaire : "Il y a beaucoup d’expressions dans le foot...Ce match contre le PSG, c’est un match et chaque match est un test, souligne-t-il. Plus qu’un match important, c’est un match particulier du fait du contexte, du classement, de la réputation, du recrutement et du très bon début de saison de l’adversaire".

"Un match de Ligue des Champions"

Maxime Gonalons, moins pointilleux sur les mots, s’attend lui à une réception savoureuse : "C’est un choc de leader, un duel au sommet. On s’attend à un gros match on se prépare le mieux possible pour ça. Les deux équipes sont bien, ce sera un vrai match de Ligue des Champions. Cela se jouera sur des détails et j'espère que cela tournera en notre faveur", assure le jeune milieu de terrain. En milieu de semaine, si l'OL a brillé en Ligue des Champions face au Dinamo Zagreb (2-1), le PSG a été corrigé sur la pelouse de l'Athletic Bilbao (2-0) en Ligue Europa. Une donnée pas déterminante pour Rémi Garde. "Je m’attends plutôt au PSG de Montpellier (vainqueur 3-0) qu’à celui qui a perdu contre l'Athletic Bilbao", concède-t-il.

Pas de plan anti-Pastore

Confronté à de nombreuses absences (Lisandro, Gourcuff, Cris, Ederson, Grenier), Rémi Garde se voit dans l'obligation de réorganiser son équipe en vue de ce déplacement dans la capitale. Plusieurs solutions s’offrent au natif de l’Arbresle : le retour au 4-4-2, avec la titularisation de Lacazette ou de Belfodil, le 4-2-3-1 utilisé dernièrement avec Pied ou le renforcement du milieu de terrain avec Fofana. Néanmoins, aucun plan anti-Pastore, le joueur vedette de cette équipe du PSG ne semble avoir été prévu côté lyonnais. "C’est un joueur qui peut faire basculer un match mais il n’y aura pas de plan anti-Pastore. Juste un plan de jeu pour contrarier cette équipe car le PSG cherche à faire autre chose qu’à se baser sur des individualités", souffle Rémi Garde.

Malgré un bon début de saison (une seule défaite en huit rencontres), l’OL – une fois n’est pas coutume- se déplace à Paris dans la peau d’un outsider. "C’est le PSG qui est favori, assène Maxime Gonalons. Ils disent eux-même qu’ils jouent le titre. Ils ont fait un énorme recrutement et pour moi, ce sont les favoris du championnat maintenant on n'a pas dit notre dernier mot." Les statistiques sont favorables aux Parisiens, puisqu’en 33 affrontements au Parc des Princes, le PSG s’est imposé 17 fois contre seulement 6 victoires lyonnaises pour 10 matches nuls. En cas de succès face au Paris Saint-Germain et sa ribambelle de stars, l’OL prendrait un léger avantage au classement non négligeable avant la trêve internationale. Mais surtout un avantage psychologique pour la suite de la saison.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut