L’ASUL Volley fait son show

Dans le cadre de la grande semaine du Volley, l'entraîneur de l'ASUL, Fabrice Chalendar, revient sur le formidable début de saison d'équipe, qui caracole en tête du classement de la Ligue B. Inespéré en début de saison.

Lyon Capitale : Quel bilan tirez-vous du début de saison ?

Fabrice Chalendar  : On s’était fixé comme objectif d’être dans les six, huit premiers. Aujourd’hui, on est leader du championnat, on est bien évidemment très satisfait de notre parcours jusqu’à présent.

Vous vous attendiez à être aussi haut ?

Franchement, non. On savait qu’on avait une bonne équipe à la base, capable de faire de belles choses. Briguer la première place après douze journées, on ne s’y attendait pas du tout. Surtout qu’il y a de grosses équipes, notamment celles qui descendent de Ligue A.

Les joueurs commencent-ils à se prendre au jeu ?

Pour l’instant, ce n’est pas le discours qu’on tient, bien au contraire, qui reste très humble. Le championnat est très long. On n’est pas à l’abri de contre-performances, même si actuellement, on produit du beau jeu.

Quel est le projet sportif du club à moyen terme ?

La montée est prévue d’ici trois ans. La saison dernière, on s’est maintenu. Là, on veut stabiliser l’équipe en la renforçant par quelques joueurs. Aujourd’hui, on est en avance sur notre tableau de marche mais le championnat est encore long. On ne s’emballe pas.

Justement, la venue d’anciens internationaux, comme Dominique Daquin, vous a fait un bien fou…

Dominique Daquin a amené toute son expérience. On fait notre bonhomme de chemin, on construit notre équipe petit à petit puisqu’on a conservé l'ossature de la formation qui évoluait en Nationale 1. Chaque année, on essaie d’amener un petit plus à l’équipe.

Malheureusement, le volley est peu exposé médiatiquement…

La cellule communication-marketing fonctionne très bien (600-700 spectateurs de moyenne). On a profité de trois matchs à domicile pour mettre en place la semaine du volley. Par le biais de ces matchs-là, on va essayer de faire venir beaucoup plus de monde au petit palais des sports de Gerland et faire découvrir notre sport à ceux qui ne le connaissent pas.

Lyon peut-elle devenir une ville de volley ?

Oui, bien sûr. Elle l’a déjà été par le passé. Dans les années 90, Lyon évoluait en Pro A, participait à la Coupe d’Europe. L'ASUL peut faire parti des grands clubs français sur le plan du volley. On est sur une dynamique pour redevenir une équipe phare du volley français.

Personnellement, vous vous inscrivez dans la durée à l’ASUL ?

Moi, vous savez, je suis entraîneur (rires). Mais je suis très attaché à l’ASUL, j’ai été formé au club, j’ai joué dans les années 90. Après, j’ai pris un peu de distance avec le club. Je suis revenu il y a quatre ans. J’ai surtout envie que l’ASUL retrouve l’élite. L’avenir nous dira si c’est avec moi ou pas. Quoi qu'il arrive, mon cœur restera à l’ASUL.

Programme de la grande semaine du Volley (petit palais des sports de Gerland)

Samedi 22 Janvier - 20H : ASUL Volley-Cambrai

Mardi 25 Janvier - 20H : ASUL Volley-Plessis Robinson

Vendredi 28 Janvier - 20H : ASUL Volley-St Brieuc

Plus d’informations sur le site Internet de l’ASUL Volley

à lire également
Le Glory 60 a attiré près de 5000 personnes ce samedi soir au Palais des Sports de Gerland. Au programme : 15 combats et un duel particulièrement attendu entre deux français : le triple champion du monde de boxe thaïlandaise, Jimmy Vienot, et l'ancien champion du monde de kickboxing dans sa catégorie, Cédric Doumbe. L'une des compétitions […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut