Le front des maires effraie

"Au PS comme au gouvernement, c’est le branle-bas de combat. Le 10 septembre, tous les élus socialistes reçoivent un message clair de leur instance nationale : « Ce 19 septembre a fini par apparaître comme une journée de contestation du pouvoir plutôt que de défense des collectivités, leur écrivent Cambadélis et Cohen. Nous ne pouvons nous y retrouver. » (…)

"Gérard Collomb, maire PS de Lyon Métropole, y consent, mais seulement sur la forme. Mardi, assis au côté de François Baroin, le président de l’Association des communautés urbaines de France a donné le ton : « Nous partageons totalement l’analyse de l’AMF », assène-t-il, avant de préciser la voix vibrante d’indignation : « Sur 2,7 milliards de budget, Lyon va perdre 1 milliard d’euros en quatre ans… » Mais ni lui, ni la maire de Paris, Anne Hidalgo (reçue la semaine dernière à l’Elysée), ni la maire de Lille, Martine Aubry, ne s’associeront à la journée du 19. « Le but n’est pas de mettre des têtes au bout des piques », confie le maire de Lyon. Pas si sûr."

Libération

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut