Le front des maires effraie

"Au PS comme au gouvernement, c’est le branle-bas de combat. Le 10 septembre, tous les élus socialistes reçoivent un message clair de leur instance nationale : « Ce 19 septembre a fini par apparaître comme une journée de contestation du pouvoir plutôt que de défense des collectivités, leur écrivent Cambadélis et Cohen. Nous ne pouvons nous y retrouver. » (…)

"Gérard Collomb, maire PS de Lyon Métropole, y consent, mais seulement sur la forme. Mardi, assis au côté de François Baroin, le président de l’Association des communautés urbaines de France a donné le ton : « Nous partageons totalement l’analyse de l’AMF », assène-t-il, avant de préciser la voix vibrante d’indignation : « Sur 2,7 milliards de budget, Lyon va perdre 1 milliard d’euros en quatre ans… » Mais ni lui, ni la maire de Paris, Anne Hidalgo (reçue la semaine dernière à l’Elysée), ni la maire de Lille, Martine Aubry, ne s’associeront à la journée du 19. « Le but n’est pas de mettre des têtes au bout des piques », confie le maire de Lyon. Pas si sûr."

Libération

Faire défiler vers le haut