Laurent Wauquiez 10.16 région
© Tim Douet

Wauquiez, suppléant aux législatives, reste président de région

Laurent Wauquiez a décidé de rester président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes en se présentant en tant que suppléant d'Isabelle Valentin dans la 1re circonscription de Haute-Loire.

Laurent Wauquiez a annoncé ce vendredi qu'il serait suppléant d'Isabelle Valentin, sa suppléante depuis cinq ans, dans la 1re circonscription de Haute-Loire. Le président du Conseil Régional d’Auvergne-Rhône-alpes était annoncé en partance, mais aurait visiblement fait le choix de conserver son mandat à la région. "Lors de la campagne des élections régionales, j’ai indiqué que si j’étais élu, je resterais président de la région. Le respect de la parole donnée est sacré. Il est le ciment de la parole politique", a déclaré Laurent Wauquiez dans un communiqué.

"La situation de notre pays commande que les femmes et les hommes qui portent des responsabilités publiques ne se défaussent pas et tiennent leurs engagements. À un moment où les lumières des palais ministériels aveuglent les élus de peu de convictions, je veux redire toute ma fidélité à la Région Auvergne Rhône-Alpes", a ajouté le président du conseil régional en visant Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, deux ministres d’Emmanuel Macron issus des rangs du parti LR.

"Les sirènes parisiennes ne guideront pas mon action politique. Je reste convaincu que c’est par le terrain, ici, dans ma région, beaucoup plus que par l’action parlementaire à Paris, que nous changerons la vie de nos concitoyens", a-t-il conclu. Député depuis 2004, l'ancien maire du Puy-en-Vellay fait donc le choix du local. S'il avait été élu député, il aurait dû lâcher son poste de président du conseil régional pour se conformer à la loi sur le cumul des mandats.

à lire également
Thierry Coste, lobbyiste des chasseurs, et Gilles Chabert, conseiller montagne de Laurent Wauquiez © Brut / MaxPPP (montage LC)
Gilles Chabert, le conseiller spécial Montagne de Laurent Wauquiez, possède un carnet d’adresses bien rempli. Quant à Thierry Coste, le lobbyiste en chef des chasseurs, il a courroucé Nicolas Hulot, qui l’a mentionné au rayon des raisons l’ayant poussé à démissionner – une parmi les nombreuses victoires enregistrées par les chasseurs depuis le début du quinquennat Macron.
2 commentaires
  1. leGrosCaillou - 19 mai 2017

    Guilloteau... Wauquier... Le 'Penelope Gate' aurait-il laissé plus de traces que cela ?

  2. nico-yzfr6 - 19 mai 2017

    Lol... La parole donnée est sacré ! Venant d'un opportuniste patenté, c'est assez drôle ! Si Fillon avait été au gouvernement, Wauquiez après avoir soutenu Sarkozy n'en aurait eu que faire de son mandat à la région.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut