Villeurbanne : Verts et socialistes battent des records de désaccord

Le conseil municipal devait approuver lundi le budget primitif 2011 de Villeurbanne. C'est chose faite, mais non sans difficulté : voter la délibération a pris plus de trois heures. Et les élus Verts n'y sont pas pour rien.

Il était clair que les Verts et les socialistes n'étaient plus en bonne entente depuis l'affaire des élections cantonales, mais ce lundi, au conseil municipal, impossible de passer à côté. Coups bas, mauvais jeux de mots, procédures, tout était permis.

Des Verts qui jouent la carte procédurière

C'est d'ailleurs sur la procédure que les Verts se sont faits remarquer. Ils ont déposé 21 amendements au budget primitif 2011 et ont demandé son vote chapitre par chapitre. "Pour la première fois, le groupe des Verts n'a pas été associé au budget primitif, ce qui n'a pas permis, contrairement aux années précédentes, de faire part de nos propositions," a justifié Béatrice Vessiller, élue verte. Des propositions d'augmentation des budgets éducatifs et de petite enfance, notamment. Mais aussi la volonté de baisser l'aide au TNP et d'augmenter le loyer de l'ASVEL.

Le maire socialiste, Jean-Paul Bret, a d'abord dénoncé la manière, qu'il a qualifié de "dévoiement de procédure", puisqu'il s'agit selon lui "non pas d'une question de droit budgétaire mais d'un acte purement politique, récessif, voire rétrograde". Cette situation, où des contre-propositions budgétaires sont faites lors du vote du budget, n'a eu pour l'instant qu'un seul précédent en France, c'était à Grenoble. Mais Jean-Paul Bret s'est tout de même exécuté : "je ne veux pas finir avec une plainte au tribunal administratif."

Record : 3h30 consacrées au budget !

Après les débats qui donnaient la parole à tous les groupes d'élus pendant dix minutes, le vote en lui-même a donc duré une heure entière. Les Verts expliquant et votant chacun de leurs amendements et s'abstenant sur les chapitres où ils n'avaient pas été rejoints par d'autres, c'est-à-dire la totalité de ceux qu'ils avaient remis en cause. Ils ont toutefois trouvé un écho auprès du groupe Energie Villeurbanne sur 3 amendements, qui ont donc eu les 6 voix vertes, plus 2 voix. Au moment où le maire a demandé un vote global, les élus verts ont refusé de voter, estimant s'être déjà prononcés.

Cette guerre froide, qui réjouit d'habitude la majorité, lui a fait perdre patience. L'opposition s'est exaspérée de la situation, voyant les heures avancer, sans pouvoir continuer la séance. Soupirs et clins d'œil de compassion au public. A 21h35, seul le budget primitif avait été approuvé par la majorité, il restait à l'ordre du jour encore trente délibérations à voter.

à lire également
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
Courtisé à gauche, coincé au quotidien dans la tenaille des Collomb, David Kimelfeld a décidé de se donner du temps et de garder toutes les options ouvertes tant que le ministre de l’Intérieur n’est pas de retour physiquement à Lyon. Cet entre-deux constitue sa seule chance d’exister dans un paysage politique sur lequel il n’a pas trouvé de prise.
3 commentaires
  1. pilou - 14 décembre 2010

    Encore ces parasites d'écolo qui n'en pas comprit le résultat des urnes.

  2. pilou - 14 décembre 2010

    Vivement que l'on s'en débarrasse

  3. christian - 14 décembre 2010

    dommage qu'il n'y ait pas plus de parasites de ce genre, ce qui met un bémol sur les dérives politiques, y compris socialistes !

  4. Yvan, de Lyon - 14 décembre 2010

    Entendre dans la bouche du Maire que, le fonctionnement des élus vert est 'un acte politique rétrograde', ça vaut son pesant de cacahuètes !Lorsqu'il à virer deux élus vert de leurs missions d'adjoints, il a commis un acte politique rétrograde et stupide !Enfin bon, faut espérer qu'en 2014, les verts auront compris la leçon et ne s'allieront pas avec le PS !En cas d'alliance, ils perdront toute crédibilité.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut