(Photo par Bertrand GUAY / POOL / AFP)

Villeurbanne : des forains déçus par le "mépris" de Jean-Luc Mélenchon

Alors que Jean-Luc Mélenchon était en déplacement à Villeurbanne ce samedi pour soutenir la candidature de son gendre Gabriel Amard, des forains de Grandclément ont été heurtés par le "mépris" du chef de file de la NUPES.

"Lui qui dit combattre la pauvreté et la précarité devait être tétanisé devant des commerçants privés de leurs emplois", indique un communiqué du collectif des commerçants du marché Grandclément de Villeurbanne au sujet de Jean-Luc Mélenchon.

En question : alors que le chef de file de la NUPES était en déplacement à Villeurbanne samedi 4 juin pour soutenir la candidature aux législatives de son gendre Gabriel Amard, les forains du collectif Grandclément ont été "déçus" de l'attitude de Jean-Luc Mélenchon à leur égard.

Photo : Collectif Grandclément

"Ne nous jetez pas comme des déchets"

Certains forains de Grandclément s'étaient donné rendez-vous pour assister à la prise de parole de Jean-Luc Mélenchon. Arrivés sur place, ils se présentent aux organisateurs : "Ils nous ont autorisé à déployer nos banderoles exclusivement hors du champs des caméras", expliquent-ils.

Sur leurs banderoles, on pouvait notamment lire "Ne nous jetez pas comme des déchets", en référence à la fermeture du marché Grandclément de Villeurbanne, suite à l'arrivée du nouveau tramway T6.

Plusieurs commerçants de ce marché vont bientôt perdre leurs emplois, n'ayant pas été renouvelés par la mairie de Villeurbanne sur les nouveaux marchés créés pour compenser la fermeture du grand marché populaire de Granclément. Après plusieurs actions dont certaines en justice, la situation n'a toujours pas évoluée pour ces forains.

Précédente manifestation des forains devant l'Hôtel de ville de Villeurbanne. Photo : Aline Duchêne

"Déçu de l'absence de considération"

Alors, la venue de Jean-Luc Mélenchon était pour eux l'occasion de se faire entendre. Mais après avoir été déçus des positions du maire socialiste de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael, c'est maintenant Jean-Luc Mélenchon qui vient froisser les commerçants, qui pour certains, s'apprêtent à perdre la majorité de leurs revenus sans poursuite d'activité sur le marché Grandclément.

Ils ont insisté pour échanger quelques mots sur leur situation avec le leader de la France insoumise, en fin de meeting. "On nous a assuré qu'il serait prévenu de notre demande et que notre note d'information lui serait remise", indique le communiqué. Mais quand vient la fin du meeting, l'opération fait chou blanc et Jean-Luc Mélenchon passe son chemin.

Photo : collectif Grandclément

"Notre collectif est déçu de l'absence totale de considération de Jean-Luc Mélenchon et de son équipe à notre égard", écrivent les commerçants. Selon eux, l'homme politique a "largement eu le temps de lire les banderoles déployées devant ses yeux".

Les commerçants dénoncent un "mépris" de la part de Jean-Luc Mélenchon, qui aurait "préféré repartir bras dessus, bras dessous avec le maire Cédric Van Styvendael", qui, selon le collectif, "sacrifie de nombreux emplois dans la ville de Villeurbanne".

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut