Villeurbanne : la gauche est-elle devenue folle ?

Dernier épisode : 22 adhérents ont démissionné, et pourraient rejoindre le candidat UMP Henry Chabert.

En juin dernier, la messe semblait dite : après la victoire nette de Pascale Crozon (PS) contre Henry Chabert (UMP) aux législatives, la droite ne se faisait plus d'illusion sur sa capacité à gagner la ville en mars prochain. Depuis, elle a regagné espoir. La faute au PS, qui s'est enferré dans des luttes intestines et des règlements de compte. Ce qui a mis le feu aux poudres est sans conteste les dernières législatives. Alors que le maire, Jean-Paul Bret, soutenait la candidature de son adjointe Pascale Crozon, Lilian Zanchi, le député sortant, l'a défié en se présentant à sa succession. Maire et député se sont voué une guerre ouverte et ne s'adressent désormais plus la parole. Viré du parti, le plus jeune député de France s'est fait battre dès le premier tour. Depuis, Bernard Rivalta, qui avait soutenu Zanchi, a dû "s'exiler" à Vénissieux. Las de ce climat, 22 adhérents issus des "quartiers" ont annoncé leur démission pour rejoindre l'association Citoyenneté Villeurbannaise. Même si ce départ est minimisé au PS, il est annoncé comme "une première vague". Comme le confie son président Mahrez Ben Hadj, ils pourraient bien basculer du côté d'Henry Chabert (lire ci-contre). Et donner ainsi un second souffle au candidat UMP, pour l'instant en difficulté.

RRF et ACG
Lyon Capitale : Le 22 octobre dernier, vous et 21 autres militants démissionnez collectivement du PS de Villeurbanne, pourquoi ?
Mahrez Ben Hadj : On ne retrouvait plus les valeurs socialistes dans la gauche villeurbannaise. Le Parti Socialiste à Villeurbanne agit de façon monarchique : les militants ne sont pas écoutés ! Pour nous, Jean-Paul Bret et son équipe municipale appartiennent à une gauche archaïque. (...) L'équipe municipale et la section se croit indétrônable à Villeurbanne ! Bret pense qu'il va être élu sans problème alors que le PS commence à perdre son réservoir de voix dans les quartiers populaires que la mairie a abandonnés.

Qu'allez vous faire aux municipales ?
Nous n'avons aucun accord avec un parti pour l'instant. Si on part seuls, on peut espérer obtenir 4 à 6 % des voix. Nous ce qu'on veut c'est une victoire. Chabert, pourquoi pas ? C'est le seul qui est attentif à notre démarche. Alors oui, notre porte est ouverte au candidat UMP.

à lire également
Gaëtan Muller © Tim Douet
Avec l’arrivée de l’Euroligue la saison prochaine, l’Asvel entend bien franchir un cap et attirer davantage de partenaires et de public. Le club de basket villeurbannais, qui souhaite talonner le Lou Rugby, affirme ses ambitions par la voix de son président délégué, Gaëtan Muller. Entretien.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut