Richard Morales

Villeurbanne : "Bret, étranger au développement économique"

Alors que Richard Morales vient d'être investi par l'UDI pour être candidat aux municipales de Villeurbanne, il envisage déjà une liste d'union avec l'UMP Jean-Wilfried Martin. Il regrette pourtant que "certains copéistes trouvent parfois Marine Le Pen sympathique". De l'équipe de Jean-Paul Bret, il estime qu'elle "donne l'impression d'être propriétaire de la ville".

Lyon Capitale : Vous étiez candidat en 2001 et 2008, et vous aviez perdu face à Jean-Paul Bret. Qu'est-ce qui vous permet de penser que cette fois, c'est jouable ?

Richard Morales : Il y a deux éléments. Le premier, c'est la politique nationale et l'échec des socialistes. C'est un gros caillou dans la chaussure de Jean-Paul Bret. Le deuxième élément, c'est la guerre que se livrent Europe Ecologie les Verts et le Parti socialiste. Pour avoir maintenu leur candidate au 2e tour des cantonales, les deux adjoints écologistes ont été sanctionnés et sont devenus, de fait, des élus d'opposition. Tout cela fait que la terre de mission qu'était Villeurbanne pour la droite et le centre est désormais prenable. Nous avons une vraie opportunité.

Vous allez faire une liste d'union avec l'UMP dès le premier tour ?

Mon souhait est de faire une liste d'union. Mais je suis centriste et je me démarque fortement de l'extrême droite. Ce qui me gêne, c'est que certains copéistes trouvent parfois Marine Le Pen sympathique. Heureusement, les fillionistes, bien représentés à Villeurbanne défendent des valeurs indiscutablement compatibles avec l’UDI.

Que pensez-vous de Jean-Wilfried Martin, le candidat investi par l'UMP ?

Jean-Paul Bret est un politique rusé. Mettre en face un candidat qui n'a jamais été élu, qui n'a aucune expérience politique ni aucune notoriété, cela me parait un peu aventureux malgré les qualités certaines du candidat de l’UMP

On dit que s'il y a une liste d'union, ce pourrait être l'UDI qui la conduirait. C'est acquis que l'UMP s'effacera en votre faveur ?

Ce n'est pas acquis du tout. Villeurbanne est une ville de près de 150 000 habitants. Il y a des démarches en cours entre l’UDI et l’UMP, la décision sera nationale. Le candidat qui portera une liste d'opposition doit avoir une notoriété certaine et une expérience d’élu incontestable. Je crois pouvoir répondre à ces deux critères.

Comment jugez-vous l'action de la municipalité actuelle ?

Après 37 ans de gouvernance socialiste, les besoins sont immenses. L'équipe en place donne la sensation d'être propriétaire de la ville. Il y a deux lacunes majeures. La sécurité : alors que Gérard Collomb développe la vidéo-surveillance à Lyon, Jean-Paul Bret s'y oppose. Or si les caméras n'ont pas vraiment d'intérêt pour la prévention, elles sont très utiles pour les élucidations et pour combattre le sentiment d’impunité qui gagne les petits voyous. Avoir une trentaine de policiers municipaux qui s'occupent principalement de dresser des PV aux Gratte-Ciel, ce n'est pas acceptable. Le maire doit mettre des moyens pour assurer la sécurité des personnes et des biens de ses concitoyens. 2e lacune : Jean-Paul Bret est complètement étranger au développement économique. Rien n'est fait pour attirer les entreprises, rien n’est fait pour favoriser leur développement, rien n’est fait pour faire du Campus de la Doua et tout l’essor économique qui doit l’accompagner un élément majeur dans la carte de visite de Villeurbanne. Il n'y a pas que le basket dans la vie !

A part la sécurité et l'économie, quelles sont vos priorités ? Des propositions en termes de logement, d'urbanisme ou de transport ?

Tout est important dans l’équilibre d’une ville mais je mets en priorité l'éducation. Il faut donner aux enseignants de meilleurs moyens pour exercer et développer l’école du respect et du vivre ensemble. La loi sur la réforme des temps scolaires a été votée, mais le flou règne. Comment sera géré le temps péri scolaire et extrascolaire ? Quel sera son contenu. Le coût n'a même pas été évoqué car de nombreux recrutements seront nécessaires. Les Villeurbannais ont droit à un peu plus de clarté sur un sujet majeur qui concerne leurs enfants ! Oui, Je veux une école du respect et du vivre ensemble. Or on est dans une politique nationale et locale totalement laxiste. L'Etat de Droit est mis à mal. C'est pour cela que je parle de sécurité. Dans un programme politique qu’il soit national ou local, Education, Sécurité, et Emploi, donc développement économique sont indissociables.

Que pensez-vous de Gratte-Ciel nord, le grand chantier du prochain mandat ?

C'est un projet fort pour l'image de la Ville, pour son dynamisme économique. Mais en parallèle, et paradoxalement on va en limiter son accès avec la restriction du cours Emile-Zola à deux voies. C'est d'ailleurs un chantier qui selon moi va déraper à 70 voire 80 millions d'euros. Cela aussi les Villeurbannais doivent le savoir car ce sont eux qui vont en partie le payer. Du coup, il n'y aura plus aucun grand axe à Villeurbanne au contraire de toutes les grandes villes européennes

Et que pensez-vous de la piétonisation de l'avenue Henri-Barbusse ?

C’est peut être une bonne chose mais c'est un choix qui ne peut être que partenarial avec les commerçants. C’est leur contribution qui nous dira si cette décision environnementale est compatible avec le développement économique. La notion de développement durable est d’ailleurs une équation difficile à résoudre. Les choix environnementaux doivent être compatibles avec le développement économique et réciproquement. De tels choix ne peuvent être que partenariaux, même si c’est au maire au final de décider.

à lire également
Les élections municipales et métropolitaines à Lyon ont lieu les 15 et 22 mars prochains. Combien de fois allez-vous voter ? Jusqu’à quand avez-vous pour vous inscrire ? Etes-vous bien inscrits sur les listes électorales ? Décryptage.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut