"Vague rose régionale" selon Jean-Jack Queyranne

Bilan de ces municipales : 16 des 22 villes de la Région Rhône-Alpes de plus de 30 000 habitants sont désormais à gauche. Toutes les préfectures de la région, à l'exception d'Annecy (qui reste à droite), seront dirigées par un maire socialiste. "C'est historique dans une région où Sarkozy avait fait des scores haut dessus de la moyenne nationale", commentait, à chaud, le président de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne. 'Cette victoire est aussi le signe de la bonne implantation des élus régionaux". "Jean-François Debat à Bourg-en-Bresse, Laure Deroche à Roanne, Bernadette Laclais à Chambéry ou Alain Maurice à Valence, ce sont les jeunes qui ont gagné ces élections", poursuit le président de la région. Les cantonales sont venues parachevées cette forte poussée de la gauche. Le conseil général de l'Ain, après 32 ans de domination de la droite, bascule à gauche. Dans le Rhône, le PS du Rhône avec 22 conseillers régionaux est en mesure de s'imposer à la tête de l'exécutif départemental. Et pour couronner le tout, même la ville de Charles Millon, Belley, tombe dans l'escarcelle du PS.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut