Un week-end plein d'Audaces

Pas de speed-datings, pas de chats, ni d'actions spectaculaires pour les journalistes mais du tractage, du "boîtage", et des réunions publiques. Pour eux, il s'agit autant d'un manque de moyens que d'un choix politique. "Les partis font appel à des publicitaires qui leur créent une marque et des slogans creux, explique Sophie Divry, tête de liste dans le 1er arrondissement. Le bleu pour Perben, le rose pour Collomb et l'orange pour le MoDem. Ils cherchent à plaire à un consommateur plus qu'à un citoyen".

A une semaine du 1er tour, ces militants accélèrent leur campagne et multiplient les initiatives. En prévision : un débat sur la nécessité d'un service public de l'eau (mardi 4 mars) et un rassemblement devant l'Hôtel-Dieu (jeudi 5). Déjà, samedi après-midi, Sophie Divry et ses colistiers ont "redessiné le 1er" sur des panneaux qu'ils ont promené dans la ville. Pour l'ex-école des beaux-arts et cette partie des Pentes de la Croix-Rousse, Audaces envisage notamment la réhabilitation de l'école en logements sociaux et l'ouverture au public de l'amphithéâtre des trois Gaulles. Pour la place des Terreaux, ils voudraient des bancs publics, des arbres et de la verdure, "l'idée est d'en faire un lieu de convivialité, où l'on peut rester sans forcément consommer".

Samedi soir, c'était le meeting commun à tous les candidats, salle Victor Hugo, dans le 6e. 200 sympathisants de la gauche de la gauche et de la décroissance s'étaient donnés rendez-vous dans cet arrondissement qui n'est pourtant pas une terre d'élection. Au menu, une farandole de têtes de liste venus présenter les idées phares d'Audaces. Sophie Divry, objectrice de croissance, du 1er, veut un arrondissement sans voiture. Georges Dumas, ex-Vert, dans le 3e, rejette la logique d'une ville faite pour les "riches décideurs voulue par Gérard Collomb, avec ses tours de bureaux et ses boutiques de luxe et ses hôtels quatre étoiles". Florence Lavialle (LCR), du 7e, parle de l'arrondissement voisin, le 2e : elle veut faire de l'Hôtel-Dieu, une maison d'accueil pour femmes battues. Benoît Teste (altermondialiste), du 4e, propose de créer une "maison des cultures du monde", place du Pont. Hicham Jabar (LCR), du 9e, s'insurge contre la destruction des barres de la Duchère, qu'il juge "criminelle". Il réclame aussi le retour à une gestion publique directe de l'eau pour faire baisser son prix. La soirée se termine avec les prises de parole des soutiens nationaux d'Audaces. Outre les représentants de Besancenot et de Bové, le politologue Paul Ariès, "Objecteur de croissance" est présent. Il lance : "vous avez réalisé ce que nous avons échoué aux présidentielles. Il s'agit maintenant de transformer l'essai après les municipales". Chacun sait qu'il faudra des élus pour que ce travail collectif entre les différentes composantes de la gauche de la gauche, continue. Avec Sophie Divry, dans le 1er, et Benoît Teste, dans le 4e, ont quelques chances.

Audaces, késako ?
Ces militants de la gauche et des écologistes (LCR, décroissants, altermondialistes) sont parvenus à un accord unique en France. Du coup, ils sont soutenus par Besancenot, Bové et Ariès, les mêmes qui n'avaient pas réussi à s'entendre pour les présidentielles. Présents dans le 1er, 3e, 4e, 7e, 8e et 9e arrondissement, ils ont surtout des possibilités d'avoir des élus dans le 4e et le 1er, où la liste "Dessine-moi le premier" avait obtenu un honorable score de 7 %.

à lire également
David Kimelfeld engrange de nouveaux soutiens avec l’annonce, ce jeudi, d’un partenariat avec les élus du groupe Synergies. Le nouveau mode de scrutin affaiblit leurs poids politique mais permet au président de la métropole de s’appuyer sur des élus bien ancrés sur l’une des circonscriptions les plus indécises.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut