Le Jura ne veut pas de Rhône-Alpes
©Tim Douet

Régions : le Jura ne veut pas de Rhône-Alpes-Auvergne

Le Jura ne fera pas jouer son droit d’option pour rejoindre Rhône-Alpes-Auvergne. 63,5 % des Jurassiens qui ont participé à une grande concertations préfèrent rester adossés à la grande région Bourgogne-Franche-Comté.

Alors que l'Assemblée nationale vient d'adopter une carte à 13 régions, elle entérine également le droit d'option. Ce droit ouvre la possibilité à un département de quitter sa région pour une autre, limitrophe. En Rhône-Alpes, seul le devenir du Cantal est incertain. Il y a quelques mois de cela, le président de ce département estimait que l'alliance Rhône-Alpes-Auvergne était “la pire solution” pour son territoire.

A contrario, la future grande région pourrait-elle se montrer attractive pour d'autres départements ? En juillet dernier, Christophe Perny, président du conseil général du Jura, souhaitait lancer une grande consultation auprès des Jurassiens. Selon lui, le Haut-Jura, proche du bassin genevois, et le sud du département sont naturellement “tournés vers Lyon" plutôt que vers Dijon, future probable capitale régionale. Le rattachement du Jura à Rhône-Alpes-Auvergne n'aurait donc rien de saugrenu, estimait l'élu à l'époque.

Les Jurassiens préfèrent Dijon à Lyon

Seulement voilà, après des réunions publiques, des débats politiques et des échanges de toutes sortes, les Jurassiens ont finalement préféré Dijon à Lyon. Sur 6 500 votants (via Internet ou un bulletin de la publication départementale), 63,5 % préfèrent rester adossés à la grande région Bourgogne-Franche-Comté, contre 20,5 % en faveur de Rhône-Alpes-Auvergne.

Christophe Perny ira donc dans le sens de ses administrés, en ne faisant pas jouer le droit d'option. Si, du côté du conseil général du Jura, on prend bonne note du choix des Jurassiens, on s'étonne tout de même d'un score aussi important en faveur de Rhône-Alpes-Auvergne.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut