PS : conquérir l'Ouest sans perdre l'Est

Le PS s'élance dans les cantonales avec un leitmotiv : nationaliser et politiser le scrutin pour affaiblir l'image consensuelle de Michel Mercier, le président sortant. Mais pour l'heure, la gauche n'avance aucun challenger.

Sarkozifier Mercier. C'est l'opération menée par le PS lors de ces cantonales. Objectif : écorner l'image de Michel Mercier, l'insubmersible président du conseil général. Cet impératif a été rappelé lors d'une conférence de presse organisée par le PS ce vendredi. "La nature de notre adversaire a changé, assure Jean-Christophe Vincent, secrétaire fédéral en charge des élections. On est passé d'une président consensuel à un des principaux ministres de Nicolas Sarkozy. C'est le représentant de Nicolas Sarkozy dans le Rhône".

Politiser et nationaliser le scrutin constitue en effet la seule chance pour la gauche de l'emporter face à un adversaire qui a toujours gagné depuis qu'il est à la tête de l'institution, en 1990. "On ressent chez les électeurs l'envie d'en découdre avec Sarkozy", confirme Jean-Louis Ubaud, conseiller général à Oullins. Cet argument n'est pas seulement audible par les électeurs : la réforme des collectivités, initiée par le gouvernement, mécontente aussi les petits maires. Voilà qui génère, selon le PS, des ralliements.

Sauver le soldat Odette

Pour faire basculer la majorité départementale, la gauche devra ravir au moins un canton. Hormis le 8e lyonnais que guigne Thierry Philip, le PS convoite aussi des sièges à l'Ouest. Les socialistes labourent le terrain patiemment. Semant quelques élus  : c'est ainsi que Florence Perrin a été bien positionnée sur la liste de Jean-Jack Queyranne aux régionales, devenant conseillère régionale. Espérant ainsi renforcer sa position. Elle en aura bien besoin : à Vaugneray, elle défie Georges Barriol qui l'avait terrassée avec 63 % des voix en 2004. Mais la socialiste progresse à chaque scrutin... Autre bataille à observer : à l'Arbresle, le maire socialiste Pierre-Jean Zannettacci affronte le sortant centriste François Baraduc.

Tout l'enjeu pour le PS est de conquérir l'Ouest sans perdre l'Est. Or Odette Garbrecht à Meyzieu est menacée. Elle avait été élue en 2004 à la faveur d'une triangulaire associant le FN. Son challenger, le maire UMP de la commune, Michel Forrissier, dépolitise fort logiquement le scrutin, se lançant dans la campagne "indépendamment des étiquettes politiques". Il veut "défendre les politiques municipales" quand l'élue sortante appuie selon lui "les projets de son parti". "Il est cadre de l'UMP, il est derrière Meunier dans ses positions parfois extrêmes", rétorque Jean-Christophe Vincent. Les résultats de ce canton dépendront pour beaucoup de la présence ou non du FN au second tour. Or le risque de triangulaire est plus réduit, depuis que le seuil minimal permettant de se maintenir est passé à 12,5 % des inscrits, contre 10 % précédemment.

Quid du musée des Confluences ?

Le parti socialiste n'a pas encore présenté son programme. Tout juste sait-on que le musée des Confluences ne sera pas remis en cause. "L'agglomération lyonnais mérite un grand musée", soutient Jean-Louis Ubaud qui exprime toutefois de "grandes réserves" sur la façon dont le dossier a été mené. "On infléchira le projet", poursuit-il. "On sera responsable", promet toutefois Jacky Darne, premier secrétaire fédéral. Difficile de faire plus vague... Les socialistes s'engagent aussi à soutenir plus ardemment le Tronçon ouest du périphérique, appuyé par Gérard Collomb. "Son accouchement serait un peu difficile avec quelqu'un comme Mercier", affirme Jean-Louis Ubaud.

Un vote des militants après le 2nd tour

Sans programme pour l'instant, le PS est aussi sans leader. Ce sont les militants qui trancheront, au lendemain du second tour. La tenue de cette consultation sera décidée après le 1er tour, au vu des résultats. Si droite et gauche parviennent à une égalité parfaite, c'est la doyenne, Jacqueline Vottero qui sera promue. Si la score est ric-rac, le PS devra se tourner sur sa droite, espérant rallier des élus centristes. Et dans ce cas, l'option Bernard Chaverot (divers gauche, élu à St-Laurent-de-Chamousset) devient crédible.

Au final, la situation est ainsi trop brumeuse pour désigner dès maintenant le leader socialiste. C'est du reste ce qu'Annie Guillemot et Thierry Philip ont convenu lors de leur rencontre de décembre. Cette ligne attentiste a été imposée par Jacky Darne, alors que Jean-Christophe Vincent plaidait pour une clarification avant le scrutin. Il est vrai qu'avant d'être président du conseil général, Thierry Philip ou Bernard Chaverot doivent être élus conseiller général...

à lire également
Maisons des Potes Hôtel de Ville Lyon
Rassemblement contre le racisme devant l'Hôtel de Ville, débat au centre socioculturel du Point du jour et exposition de l'association Cimade pour le soutien aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile : les "marcheurs" de l'association La Maison des potes font étape à Lyon ce lundi dans le cadre de leur tour de France de l'Egalité. 
7 commentaires
  1. Yvan, de Lyon - 15 janvier 2011

    Excellent article !Donc pour l'heure le seul programme du PS, c'est de 'sarkozifier Mercier ' ?!Ces socialistes là, me semble un peu limité et à court d'idées, pour penser et construire un projet. Pour eux, il est plus facile et sûr de 'sarkozifier' !Tout de même, il y a une information qui vaut son pesant de cacahuètes. Le musée des confluences ne sera pas remis en cause par les élu(e)s PS !' C'est ce machin, voulu par Mercier le sarkozifié, qui sert de trou noir pour les finances publiques ? Donc le PS, continuera à alimenter le trou noir, au prétexte que Lyon, mérite d'avoir un grand musée ?!'Je suis atterré, pour les militants et adhérents du PS, qu'un de leur responsables, puisse tenir de tels propos.'...mérite d'avoir un grand musée.' Le mérite, ce n'était pas un des thèmes phares de monsieur 53% ?! Je ne prend même pas la peine de m'étendre, sur cette notion de mérite, à l'échelle d'une ville. Ville composante non exclusive et non prioritaire, à l'échelle d'un département...'...un grand musée...' Monsieur Mercier, voulais lui aussi, comme ces socialistes, un grand musée.Un musée, super beau vu qu'il coûte super cher et super bien placé, pour y être vu de tous, mais pas pour permettre l'accès au plus grand nombre !Voilà de tristes gens, plus sensible à l'apparence qu'au contenu. C'est vrai que l'argent ne sort pas de leurs poches et ils ont l'habitude de faire tout gober !Comme dirait l'autre, plus c'est gros plus ça rentre facilement ! Je trouve intéressant, en terme de projection pour 2012, cette volonté de 'nationaliser', ce scrutin local.Si nous faisions le contraire pour 2012 ?!Dans les deux cas (2011/2012), le programme du PS est floue...Sauf, pour certains points. Deux exemples: 2011: pas de fermeture du trou noir voulut par Monsieur Mercier... 2012: pas de remise en question de la réforme des retraites, en ce qui concerne la durée de cotisation à taux plein...Que le PS, soit tombé bien bas, pour critiquer et stigmatiser ses adversaires ou alliés de circonstance (Europe Écologie/Les Verts) et reprendre sous une autre forme leurs projets ou réformes, c'est une chose.Mais, que des électeurs puissent tombé dans ce panneau, me laisse sans voix.A moins que, vu le taux d'abstention, les votants ne soient que des adhérents et/ou sympathisants, qui appliquent sans réfléchir les consignes de vote ?

  2. julian - 15 janvier 2011

    Yvan, vous avez l'air confus.Le mérite n'est la propriété de personne, pas plus de Nicolas Sarkozy que de quelqu'un d'autre. Mais on comprend que la notion vous dérange. Pour mériter il faut faire. La chose vous est étrangère. PS: auriez-vous le programme de Monsieur Mercier par hasard ?

  3. Martin de Givors - 16 janvier 2011

    Sauf à faire preuve de cécité, il faut se rendre à l'évidence. Avec la réforme, disons réformette des collectivités territoriales et le mode de scrutin qui l'accompagne, cela ne peut, désormais, que renforcer la position des deux partis dominants PS et UMP, avec toutefois un plus pour l'UMP... Si à terme, la suppression des départements en tant que collectivités territoriales, avec transfert des compétences vers les régions et les inter-communalités, est une bonne chose, le mode de scrutin de 2014, uninominal à deux tours sans proportionnelle, qui se fera sur la base électorale des cantons renouvelables cette année avec 12,5% d'inscrits pour se maintenir au second tour va généralement éliminer , FN, écologistes, MODEM, front de Gauche...COCORICO! avec les élections Présidentielles, celle des députés et demain les ''conseillers territoriaux, nous avons le système politique le MOINS démocratique d'Europe...1330 ° jour que les Français ont été pris volontairement en otage, Mais à part çà, tout va très bien madame la marquise...Ils ont TFI,et les tous ''fous du Roi''Médatiques pour les distraire et surtout les abrutir...

  4. Battling - 17 janvier 2011

    @ Julian : Pour le moment pas de projet PS ou de projet UMP. Juste qq formules marketing creuses ... mais reprise par les journalistes avec une absence de pensée critique totale.Effectivement comme le souligne Martin le mode de scrutin a été construit pour faire du bon bipolaire. Je crains cependant que cela ne profite pas qu'au PS et à l'UMP mais aussi au FN. Horizon bouché on dit.

  5. julian - 18 janvier 2011

    Et le projet MODEM? Et le projet FN ? iLS SONT OU,

  6. Battling - 19 janvier 2011

    Le projet MODEM est disponible 😉 et un peu diffuséLe projet des autres, je n'en sais rien. Selon mes renseignements actuels, pas de projets structurés à l'UMP (on défend le Bilan et c'est Michel à la manoeuvre), le PS se congratule sur son site avec les photos des candidats lyonnais et pas de programme mdr ;-), et le FN je n'en sais rien mon brave, mais ne pas avoir pour le département ne devrait pas leur empécher d'être présent partout (comme le Front de Gauche normalement).Je vous rassure, les programmes n'intéressent pas les journalistes qui préfèrent parler des peoples et enfiler les perles façon 'déjà vu' ... Certes c'est peu glorieux, mais ça fait vivre.

  7. Collombitude - 28 janvier 2011

    Depuis le décès de J.Poperen, le PS Magellan est orphelin.Pas de leader à l'est, capable de mobiliser la gauche, d'autant plus que cette gauche en combattant les opposants au stade, perd en crédibilité, en tout cas elle n'est plus à gauche. Le PS a souvent gagné,grâce au FN et uax triangulaires.Face au bon boulot fait par Forissier, aux décisions intelligentes et responsables qu'il a su prendre pour sauvegarder et améliorer la qualité de vie de ses concitoyens, Maya l'abeille va se ramasser une déculottée. Ce ne sera que le résultat de l'incompétence du PS lyonnais et de ses représentants, et la conséquence de perte de leurs valeurs fondatrices

  8. NdH - 1 février 2011

    Mr Philip est le candidat socialiste du 8e canton. Il étudie, selon ces dernières déclarations à la presse, la question du cumul des mandats le concernant !! Je croyais que les Socialistes étaient contre le cumul des mandats ?? Comment peut-il décemment envisager le cumul de plusieurs mandats électoraux : Il est déjà Conseiller Régional, Conseiller spécial du Président de la région, Vice-président du Grand Lyon, Conseiller Municipal, également Maire du 3e arrondissement... et à cela il souhaite ajouter Conseiller Général !!! De qui ce moque-t-on ?? Avec ses mandats actuels il atteint déjà le plafond des indemnités autorisées à un élu : + de 8 000 euros par mois !!! La fonction de Conseiller Général à un sens politique, mais pas celui d'assouvir uniquement des ambitions personnelles !! Je conseille à Mr Philip de se concentrer sur ses fonctions actuelles d’élu dont les résultats laissent à désirer…

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut