Yves Blein
©Tim Douet

Primaire PS : moins de deux millions de votants serait un échec

Yves Blein, député-maire de Feyzin et organisateur de la primaire de la Belle Alliance populaire dans le Rhône, est l'invité de L'Autre Direct à quelques heures du premier tour.

Pour le premier tour de la primaire de la "Belle Alliance populaire", Yves Blein espère la même mobilisation qu'en 2011, soit 2 millions de votants. Sans cela, cette primaire ne "serait pas une réussite", estime-t-il. Pour ce soutien de Manuel Valls, "il ne devra y avoir qu'un seul candidat de la gauche réformiste" au premier tour de l'élection présidentielle, pour ensuite "être au second tour et gagner".

Face aux candidatures d'Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon, qui ont refusé de se soumettre à l'exercice de la primaire, Yves Blein choisirait, à l'image de Gérard Collomb, de soutenir l'ex-ministre de l'Economie, à condition que celui-ci soit "le mieux placé et qu'il crée les conditions de rassemblement de la gauche".

Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Yves Blein dans la vidéo ci-dessous.
à lire également
Coordinateur du projet Transenvir, Stéphane Frioux et son équipe vont prochainement mettre en ligne un site consacré à l'histoire des politiques de transition environnementale face aux risques environnementaux dans l'agglomération lyonnaise. Entretien avec ce maître de conférences à l'université Lyon 2 et chercheur au laboratoire Larhra. Lyon Capitale : Après la démission de Nicolas Hulot du […]
1 commentaire
  1. Gérard Eloi - 21 janvier 2017

    Donc, si moins de 2 millions de votants (pour les deux tours, ou à chaque fois ?). M. l'organisateur considérera qu'il a raté ses primaires, que son vainqueur est insuffisant, et ralliera Macron, invitant le PS a faire pareil ? Comme Collomb... Le PS derrière Macron. Macron, mandataire d'Uber en France, fossoyeur de la Sécu, libre concurrent qui ira plus loin que la loi El Khomri, laquelle a déjà ouvert la porte aux 48 h/semaine. Le PS au garde-à-vous derrière un banquier. Alors que Hollande avait axé sa campagne 2012 sur ce slogan qu'il a trahi : 'L'ennemi, c'est la finance'. Et ce même PS fait semblant de s'étonner que le peuple en a marre des politiques et de leurs magouilles. Heureusement, il reste Mélenchon pour nettoyer ces écuries...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut