David Kimelfeld au conseil municipal, en septembre 2018 © Tim Douet
David Kimelfeld au conseil municipal, en septembre 2018 © Tim Douet

Pour Kimelfeld, “l’épouvantail Wauquiez ne prend pas”

“Encourageant”. C'est ainsi que David Kimelfeld a accueilli le sondage Ifop-Fiducial pour Lyon Capitale et Sud Radio. Sa candidature, testée pour la première fois, ne recueille que quatre points de moins que celle de Gérard Collomb.

David Kimelfeld a accepté de commenter très succinctement le sondage Ifop-Fiducial pour Lyon Capitale et Sud Radio que nous avons publié jeudi. Il retient d'abord le mauvais score dont est crédité Étienne Blanc, le probable candidat des Républicains. “La droite est ratiboisée. L'épouvantail Laurent Wauquiez ne prend pas”, explique-t-il en faisant allusion à la stratégie déployée par les proches de Gérard Collomb pour justifier l'urgence de son retour. À titre personnel, il trouve “encourageant” ce sondage, qui teste pour la première fois l'hypothèse de sa candidature. Dans l'entourage du président de la métropole, on constate avec surprise que l'effet Collomb (+4 points par rapport à une candidature de l'actuel maire du 4e) est peu élevé. “L'élection n'est pas liée au seul Gérard Collomb. Il y a clairement un espace pour David Kimelfeld, ajoute un de ses proches. Pour gagner en 2020, il faudra être en capacité de rassembler la gauche.” Avec un bloc gauche à 40 %, c'est en effet de ce côté que le candidat qui recevra l'investiture LREM aura le plus de réserves de voix.

Sondage exclusif  : Collomb en tête mais menacé sur sa gauche

à lire également
Caroline et Gérard Collomb, dans les salons de la préfecture, en mars 2014 © Tim Douet
Pendant toute la campagne présidentielle puis celle des législatives, Jimmy Brumant était l’un des piliers d’En Marche à Lyon, toujours dans le sillage des Collomb. Au fil des mois, il a pris ses distances, et le phénomène s’est accéléré, dit-il, avec le départ “incompréhensible” de Gérard Collomb du gouvernement. Sa démission, ce mardi, de la direction départementale illustre la fracture entre Caroline Collomb et les marcheurs “apolitiques”, ces militants qui ne sont pas issus du PS ou d’autres formations.
1 commentaire
  1. Marc Antoine - 5 octobre 2018

    On sent poindre dans le personnage Kimelfeld un certain potentiel au népotisme. A suivre !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut