Philip rallie Peillon

Alors que sa candidature n'a pas été retenue par le PS, Thierry Philip est revenu ce matin sur l'épisode des désignations pour les européennes. Le maire du 3e assure avoir 'tourné la page' et vouloir se 'concentrer sur la mairie'. Il ajoute même qu'il fera la campagne de celui qui lui a été préféré par les instances nationales, Vincent Peillon : 'Je n'ai pas de rancune, je soutiendrai la campagne de mon parti pour les européennes.' Cette déclaration de Thierry Philip semble le signe d'un apaisement au parti socialiste, après l'appel de Ségolène Royal - soutenue par Collomb et Philip lors du dernier congrès - à cesser 'les zizanies'lien. Gérard Collomb suivra-t-il cette voie ? Il aura l'occasion d'en parler dès ce soir sur un chat du figaro.fr. On verra alors s'il s'est résigné à accepter la candidature de Peillon, ou s'il espère encore 'une amélioration des listes', comme il l'a déclaré au soir du vote des militants jeudi dernier.
De son côté, Thierry Philip a toujours quelques regrets : 'Je voulais apporter quelque chose à l'Europe. On a fait des listes régionales pour rapprocher les gens de leurs députés européens. Malgré tout, personne ne connaîtra son représentant. Et le challenge, c'était pour moi que les gens connaissent leur eurodéputé, qu'il soit un homme de terrain.' Il n'a pas totalement digéré le vote des militants, lâchant : '15 % de votants, ça ne fait pas une élection.' En réalité, les militants PS du Rhône ont certes peu participé au scrutin (33,6 % de participation), mais ils ont très largement approuvé la liste qui leur était proposée, avec plus de 70 % des votes (22,2 % des inscrits), malgré les appels à l'abstention ou au vote contre émis par Gérard Collomb et Thierry Philip.

Marine Badoux

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut