Perben, l'écolo

A tel point que l'ancien ministre des transports, à l'occasion de la présentation de son programme aux journalistes lyonnais, jeudi 17 janvier, a pris soin d'arriver... en voiture. (Et forcément, notre mini-caméra a tout enregistré). Avant de s'engouffrer dans une petite salle (bien trop chauffée, donc bien trop gourmande en énergie) du Ninkasi Kao, à Gerland. Et d'annoncer, le plus sérieusement du monde : " je veux que Lyon devienne une référence écologique en Europe " . Bigre ! L'UMP local aurait-il piqué les idées aux Verts ? Que nenni ! Le programme écologique du candidat de droite pour les prochaines élections municipales peine à convaincre dans son ensemble. La fameuse " rupture ", empruntée - au bas mot une bonne dizaine de fois - à Nicolas Ier, n'a pas fait effet. Ou si : psshiiiiiit ! On a beau eu chercher quelque chose, dans les 15 pages dactylographiées en noir et bleu (très fashion chez l'umpiste), qui puisse donner à Lyon une auréole européenne, on n'a pas trouvé. Ou si, peut-être : la mise en place - " à titre expérimental " - de voitures électriques en libre service. Un Auto'v en quelque sorte. Il faut dire que notre ancien ministre des transports a déjà essayé - " (il) l'avoue " - et qu'il a trouvé ça (silence bénin, yeux exorbités, bouche ouverte façon carpe) " absolument extrÂordinaire ". Seul raté au démarrage : aucun système, encore moins de mode de financement n'a été défini. Ou pensé, plus probablement. Pourtant, avec Michel Havard, spécialiste de la lutte contre les fuites d'eau, du panneau photovoltaïque et de la thermographie en milieu urbain, ça phosphore sec ! Quand le député du Rhône a évoqué une initiative majeure du programme, les "ambassadeurs de l'environnement ", on sentait bien que ça chauffait derrière les oreilles. Comme cette satanée salle, décidément. En plus, les gentils gars du Ninkasi nous avait enfermé à clé. L'UMP, espèce internée ?

à lire également
Quand l’urgence sanitaire laissera place au bilan de la gestion de cette crise, le chapitre des municipales se rouvrira. Parce que la date d’un hypothétique second tour approchera, le 21 juin, mais aussi pour une raison médicale : des candidats ou des assesseurs ont contracté le Covid-19 le jour d’un premier tour dont le maintien n’est plus vraiment assumé.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut