Non cumul : Les socialistes lyonnais sceptiques

Gérard Collomb et Jean-Jack Queyranne, principaux concernés à Lyon, accueillent tièdement l'idée.

En parlant de la fin du cumul des mandats au sein du PS, Martine Aubry a fait un tabac devant les militants, ce week-end à La Rochelle. Du côté des élus en revanche, l'accueil est moins chaleureux. En Rhône-Alpes, les socialistes concernés tiquent. " C'est facile de jouer les militants contre les élus mais dans la réalité, c'est plus difficile ", lance Thierry Philip qui " s'inscrit dans le cadre de la loi " en étant maire d'arrondissement et vice-président de la région. Dimanche, Gérard Collomb avait déjà pris ses distances avec les intentions de la première secrétaire. De son côté, Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes et député du Rhône, commence par renvoyer la balle sur le camp d'en face : " la droite n'applique pas ce principe puisque l‘on peut être ministre et président de Conseil Général ". Michel Mercier appréciera. Le président de la Région plaide tout de même pour " une proposition de loi " déposée par le Parti Socialiste à l'Assemblée Nationale ou au Sénat afin que " la mesure soit nationale et concerne tout le monde ".

" Un intérêt à cumuler "

Mais, premier obstacle, la définition même du non cumul. La mesure vise-t-elle les mandats locaux ou le cumul d'un mandat local avec une fonction nationale ? Pour l'heure, chacun l'entend à sa manière. " Le mandat unique de parlementaire me parait assez logique. Pour les mandats locaux pourquoi pas ", déclare Thierry Philip. Jean-Jack Queyranne ne voit pas les choses de la même manière. Le chef de l'exécutif rhônalpin considère qu'il y a un " intérêt " à cumuler une fonction régionale et un travail de parlementaire. " Le cumul des mandats est le produit de la centralisation. Etre parlementaire et élu régional permet de se faire entendre à Paris, de faire valoir la politique régionale. "

Les militants socialistes se prononceront le 1er octobre prochain mais Thierry Philip considère d'ores et déjà que toute réforme est " infaisable avant les régionales ". Jean-Jack Queyranne, quant à lui, est candidat à sa propre succession à la tête de la Région et n'envisage pas qu'on lui " demande de démissionner " de son poste de député.

Lionel Poussery

à lire également
Quand l’urgence sanitaire laissera place au bilan de la gestion de cette crise, le chapitre des municipales se rouvrira. Parce que la date d’un hypothétique second tour approchera, le 21 juin, mais aussi pour une raison médicale : des candidats ou des assesseurs ont contracté le Covid-19 le jour d’un premier tour dont le maintien n’est plus vraiment assumé.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut