Election du président de la métropole au Grand Lyon, le 10 juillet 2017 © Tim Douet
Election du président de la métropole au Grand Lyon, le 10 juillet 2017 © Tim Douet
Article payant

Élections métropolitaines 2020 : les grands perdants des monts d’Or

La nouvelle carte électorale laisse un goût très amer aux élus des monts d’Or. Faiseurs de majorité au Grand Lyon depuis 2001 grâce à un système dans lequel ils étaient surreprésentés, ils digèrent mal le fait que les maires ne siègent plus systématiquement au conseil métropolitain, malgré les promesses de Gérard Collomb.

En quittant son fauteuil de président de la métropole pour prendre possession d’un bureau de ministre place Beauvau, Gérard Collomb avait promis aux élus du groupe Synergies – en échange du soutien qu’ils apportaient à l’élection de David Kimelfed – de revoir le mode de désignation des conseillers métropolitains. Cet été, les élus de centre-droit qui cimentent la majorité métropolitaine ont eu la confirmation que cette promesse ne serait pas honorée. Un reniement qu’ils ne digèrent pas, sans pour autant en faire un casus belli.

Il vous reste 78 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Gérard Collomb et David Kimelfeld au conseil de la métropole, le 10 juillet 2017 © Tim Douet
Ils sont tous les deux candidats à la Métropole de Lyon en 2020 : Gérard Collomb, le maire de Lyon, et David Kimelfeld, l’actuel président de la Métropole. Ce mercredi matin, sur les ondes de RTL, Collomb a évoqué son "poulain" Kimelfeld. Non sans ironie.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut