Les frondeurs menacent de ne pas voter la confiance à Valls

Les députés frondeurs menacent de ne pas voter la confiance au gouvernement de Manuel Valls le 16 septembre prochain. Le Premier ministre leur lance un “appel à la responsabilité”.

L’ambiance n’est pas au beau fixe au palais Bourbon. Ce mardi 9 septembre, les députés faisaient leur rentrée dans un contexte pour le moins tendu. À l’affaire Thomas Thévenoud (l’ex-secrétaire d’État qui ne déclarait pas ses impôts), viennent s’ajouter les menaces d’abstention des députés frondeurs.

Ce groupe de 30 à 40 parlementaires socialistes qui contestent la ligne économique du Gouvernement pourrait ne pas voter la confiance au gouvernement Valls II, le 16 septembre. Sans voter contre, ils pourraient s’abstenir. Toutefois, sauf surprise, le Premier ministre devrait ressortir glorieux de ce vote, ce qui ne l’a pas empêché de lancer "un appel à la responsabilité". Manuel Valls a notamment fait valoir que c'était "la capacité de la gauche à gouverner" qui était en jeu.

Faire défiler vers le haut