Les ambitions nationales de Collomb

et des idées. Alors que le 2e tour a vu sa victoire confortée par l'élection de Najat Vallaud-Belkacem dans le canton de Montchat, Gérard Collomb a prononcé un discours très applaudi, mais très différent de la tonalité de ses précédents discours. 'Il y a des leçons à tirer de cette élection qui ne valent pas seulement pour Lyon. Au moment où notre pays est à la recherche d'un autre destin, le modèle lyonnais pourrait en effet inspirer largement partout en France' a-t-il lancé, avant de dresser son bilan : 'Nous commençons à rééquilibrer (la ville) en adressant un vrai message d'intégration et de réussite pour les jeunes français issus de l'immigration. Nous avons mis en place concrètement des politiques écologiques novatrices, en matière de transports, d'environnement, de santé. Nous avons peut-être et surtout, su associer, sans sectarisme, tous les citoyens à la vie de la cité.' Il a conclu ce discours teinté d'aucune fausse modestie, sous un tonnerre d'applaudissements : 'Lyon est en train de redevenir, comme dans ses meilleures périodes,un lieu de refondation et un lieu d'action, un lieu où se forge une partie de l'avenir de la France'.

Quelques instants plus tard, Gérard Collomb confiait à Lyon Capitale : 'Il y a beaucoup de nouveaux maires élus dans des grandes villes. Cela veut dire que le socialisme devient un socialisme urbain. (...) Ce qu'on a fait sur Lyon est précurseur et doit pouvoir s'exporter.' Et le maire, s'exportera-t-il ? 'Par la parole toujours, par la parole seulement' répond Collomb, qui reste donc fidèle à sa doctrine 'd'abord Lyon'. Interrogé sur la possibilité qu'il se présente à la présidentielle de 2014, il répond clairement : 'non'.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut