Denis Broliquier (UDI)
© Tim Douet

Le groupe UDI de Lyon se positionne pour l'annulation des fan-zones

Le maire du 2ème arrondissement de Lyon, également président du Groupe UDI et apparentés de la ville, s'est positionné pour l'annulation des fan-zones pour l'Euro, a quelques semaines de l’événement.

Pour Denis Broliquier, "il faut annuler les fan zones". Le jour de la tenue de la conférence de presse du comité de pilotage de l'Euro 2016, le maire du 2ème arrondissement fait parvenir un communiqué : "L'Euro 2016 aurait dû être une fête pour tous, le risque qu'il se transforme en drame est trop grand. Malgré toute la fierté qu'on a de voir notre pays et notre ville accueillir cet événement européen, il faut annuler les fan zones et concentrer tous les moyens de sécurité sur les lieux de match". Il rappelle que la prolongation de l'Etat d'urgence est voté le jour même à l'assemblée, mais également que la Fête des Lumières a été annulé par rapport au risque terroriste, qui s'est aujourd'hui accru selon les spécialistes. Un autre élément est évoqué en faveur de l'annulation : "tout rassemblement devient une cible potentielle aussi pour les casseurs qui saccagent nos rues et agressent délibérément les forces de l'ordre dans les rues de Lyon et de France".

"Voir les choses comme elles sont, et pas comme on voudrait qu'elles soient"

Stéphanie-Anne Pinet, directrice de cabinet de Denis Broliquier, précise que cette prise de position n'a pas été simple. Depuis le début du projet et entant que maire du 2ème arrondissement, Denis Broliquier a accompagné la tenue de cette fan-zone de façon "positive", malgré sa réserve à propos des abords de la place Bellecour. "Tout le monde reconnait que la sécurité maximum sera appliquée, tout est fait. Mais quand il est impossible de protéger à 100 % un événement, la question de l'annulation se pose. De plus, on n'a jamais vu la tenue d'un tel événement sur la place Bellecour. Au niveau sécuritaire, quand une situation évolue, les responsables politiques doivent s'adapter et voir les choses comme elles sont, pas comme on voudrait qu'elles soient." Il s'agit donc de plaider pour une annulation des fan-zone et de conserver les mesures de sécurité prévues pour concentrer plus d'attention sur les stades les jours de match.

Lors du vote au sein des élus UDI, la question de l'annulation des fan-zones divise, même si la majorité des élus UDI et apparentés de la Ville de Lyon ont tranché en faveur de cette dernière, à la fois alerté par les risques d'attentats qui n'ont jamais été aussi élevés selon les services de la DGSI, mais aussi en fonction du climat social, de plus en plus dégradé à chaque manifestation : "quand la sécurité est en jeu, les intérêts économiques ne doivent pas dicter la conduite des pouvoirs publics. Le gouvernement comme les maires des villes-hôtes doivent prendre leurs responsabilités," précise le communiqué du groupe. Stéphanie-Anne Pinet explique qu'il ne s'agit pas de s'opposer à la mairie centrale, ni d'assurer les arrières d'un point de vu politique en cas de problème pendant l'Euro : "avec la montée en puissance des risques évoquées par les spécialistes, il faut se poser les vraies questions : il n'est pas obligatoire d'organiser des lieux de rassemblement si étendus."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut