La majorité de gauche en crise à la région

Jeudi et vendredi les relations souvent tendues entre les élus Verts et socialistes du conseil régional sont entrées dans une nouvelle dimension. La crise s’est installée dans la majorité plurielle de l'exécutif. Les écolos n’ont pas voté un certain nombre de délibération et ont, ce vendredi, déserté l’assemblée provoquant l’arrêt prématuré de la cession de février du conseil régional.

Il y a un an la région Rhône-Alpes se présentait comme le laboratoire de la gauche solidaire. Le conseil régional devait préfigurer des relations d’une gauche unie pour remporter les présidentielles et les législatives de 2012. Moins d’un an après, la majorité de Jean-Jack Queyranne a implosé lors de la cession du mois de février. En deux jours, les accrochages se sont multipliés. Le premier intervient dès le jeudi. Les élus Europe Écologie-Les Verts s’abstiennent sur des délibérations portant sur la formation et la stratégie économique. “Nous devions répartir des millions d’aides économiques. Au lieu de les donner de manière équitable à tous, nous voulions les donner à ceux qui en avait le plus besoin. Sur le fond, les socialistes étaient d’accord avec nous mais ils ont préféré voter une répartition sur le même principe que les années précédentes puis reprendre des subventions et les redonner à d’autres. C’est une méthode de parti politique avec laquelle nous ne sommes pas d’accord : pendant la campagne on porte des idées mais au moment de les mettre en situation on ne fait plus rien”, souligne Éric Piolle, président du groupe Europe Écologie/Les Verts à la région. Son groupe ne votera donc pas les délibérations sur la formation et la stratégie économique. Le texte passe pour trois voix.

Les autres élus de la majorité enragent. “Rien ne peut justifier cette attitude irresponsable”, fulmine Thierry Braillard, élu PRG. “En politique, il faut assumer : soit on est dedans soit on est dehors, on ne peut pas avoir un pied dans chaque camp”, prévient Thierry Philip (PS). Vendredi, les élus écolos ont choisi d’être dehors plutôt qu’au sein du conseil régional. À Charbonnières, des salariés de la Région en grève manifestent pendant que les conseillers régionaux siègent. Ceux du groupe Europe Écologie se joignent aux manifestants. Dans l’assemblée, après le départ des élus du FN, le quorum pour que les débats puissent continuer n’est dès lors plus atteint. Ce vendredi à midi, la suite de la séance plénière est donc repoussée au mois de mars. “On se rend compte que cette majorité est ingouvernable. Nous venons de vivre une crise politique forte qui paralyse l’action régionale. Les socialistes et les écolos ne se parlent plus, je ne vois pas comment ils peuvent gouverner ensemble”, assène Damien Abad, conseiller régional (Nouveau Centre) d’opposition. Pendant que la gauche s’étripe, la droite rit à gorge déployée à Charbonnières.

Le quorum n'a pu être atteint suite au départ des Verts qui sont allés à la rencontre des manifestants. “Lors de la dernière séance plénière à cause d’un mouvement social du personnel de la région, nous avions dû siéger sous la protection des gendarmes. Nous avions prévenu que nous ne siégerons plus dans ces conditions. Comme c’était encore le cas aujourd’hui, nous sommes sortis. Nous n’avons pas été les soutenir mais discuter avec eux. Leur problème numéro 1, c’est qu’ils se sentent ignorés. Le dialogue social ne passe pas à la région. Leurs revendications sont légitimes”, explique Éric Piolle. Damien Abad, conseiller régional d’opposition, retient lui que “les écolos ont soutenu des manifestants qui scandaient Queyranne démission”.

Mois après mois et malgré des améliorations dans le travail quotidien, les relations entre Europe Écologie et le PS se tendent lors de chaque grand rendez-vous politique. “Quand on est vice-président, on doit avoir un minimum de solidarité. Là on vu des vice-président Verts s’abstenir ou voter contre des rapports qui concernent leurs délégations. Philippe Meirieu a fait annuler 38 millions d’euros de crédit sur sa formation avant de se rendre compte de son erreur et de faire passer un amendement qui remet les fonds dans la nuit. Sur ces deux jours, Les Verts ont voulu montrer que rien se peut se faire sans eux. Ils veulent être incontournables, ce qu’ils ne sont pas aujourd’hui politiquement”, commente Thierry Braillard, conseiller régional PRG.

Du côté d’Europe Écologie, le scénario des 48 dernières heures résulte du manque de concertation de Jean-Jack Queyranne. “Nous avons toujours un problème général. Nous ne partageons pas encore la même vision politique. Quand on nous dit : “on est d’accord pour changer” et qu’au moment du vote on fait comme avant, il y a un problème majeur. Pour avancer, il faut un animateur à la barre”, poursuit Éric Piolle. Pour lui, Jean-Jack Queyranne n’incarne pas cet animateur. Vu le rapport de forces qui s’est engagé entre les deux groupes les plus importants de la majorité, le dialogue risque d’être encore plus difficile à mener. “Il y aura désormais un avant et un après. L’ambiance risque de devenir délétère”, prévient Thierry Braillard.

à lire également
Jean-Jack Queyranne conseil régional 4.01.16 Tim
Entretien. Resté fidèle au PS et fâché avec Gérard Collomb depuis les dernières élections régionales, l'ancien ministre de l'Intérieur et président de la région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne souhaite que la gauche se rassemble pour proposer une alternative à Lyon. Il décrit Gérard Collomb comme "le ministre des bourdes", qui "a toujours joué perso" et qui […]
7 commentaires
  1. Yvan, de Lyon - 25 février 2011

    Je partage le point de vue de Thierry Philip.Ce n'est d'ailleurs pas la première fois, que j'écris publiquement, que les Verts ont tout à perdre a faire la girouette !Sans oublier, que le passé devrait leur enseigner, qu'en s'alliant avec le PS, ils ont signer leur disparition politique comme l'absorption de leur parti.En théorie, il serait bon que ces élu(e)s grandissent, et cessent de prendre les électeurs pour des bouffons !Reste que dans la pratique, force est de constater, pour un grand nombre d'entre eux, que la course aux postes d'élu(e)s ou aux emplois de chargé(e)s de mission, est leur seule ambition. Ambition personnelle. Comme ceux qui s'engagent dans le syndicalisme, pour négocier leur départ.S'engager en politique, ce n'est pas pour ambitionner un emploi.Le PS, en acceptant ces alliances pré-électorales, doit aussi assumer ses choix !Pour rester poli et courtois, PS/VERTS divorcez et ne nous embêtez plus ! Vous êtes pitoyable.Nous allons voir ce qui va se dérouler, entre les deux tours des cantonales puis l'élection du président du Conseil Général.

  2. pilou - 25 février 2011

    Une vraie plaie ces verts.

  3. pilou - 25 février 2011

    Une vraie plaie ces écolos. La 1ere opposition tant au niveau municipale, départementale ou région n'est pas la droite, mais c'est écolos de mer..

  4. Battling - 25 février 2011

    Autant j'adore tancer les élolos, autant je les trouve plutôt 'clean' sur ce coup. Ils veulent simplement 'faire de la politique autrement' et se retrouvent face aux vieux briscards, éternels répartiteur de subventions + 10% / - 10% aux éternels mêmes dispositifs peu performants. Sur ce coup, les socialistes devront revoir leurs pratiques. C'est plus que souhaitable, mais est ce possible ?

  5. Martin de Givors - 26 février 2011

    “Rien ne peut justifier cette attitude irresponsable”, fulmine Thierry Braillard, élu PRG. En bon petit ''Roquet''au service du PS ce Monsieur ferait bien de tourner 7 fois sa langue avant ''d'aboyer''...Il est vrai que cet infatigable supporter du Grand Stade, de la candidature d'Alberville au J.O. d'un Center Parc en Isère, de projets autoroutiers tout azimut qui sont autant destructeurs de terres arables et d'exploitations agricoles qu'au bilan énergétique et carbone des plus désastreux, ne peut s'entendre avec les écologistes.A l'évidence ce qui s'est passé sur le dossier de la formation illustre bien que nous sommes face à deux logiques de pensée qui sont difficilement conciliables: l'une fondée sur des pratiques pro-clientélistes et affairistes qui vit dans l'illusion d'une croissance infinie, portée par le PS et ses paltoquets, l'autre, celle des écologistes qui apporte une lecture opposée et qui refuse catégoriquement des pratiques d'un autre age, dont on peut mesurer aujourd'hui les effets dans les pays Arabo-Mulsumans...

  6. franois - 26 février 2011

    Les socialistes considèrent les Verts, non pas comme des partenaires, mais juste comme des supplétifs qui doivent obéir aux ordres des notables socialistes...

  7. Collombitude - 26 février 2011

    Je ne peux qu'aller dans le sens de Martin de Givors. Comment d'ailleurs peut-on être d'accord avec T.Braillard? un vrai politicard qui ne survit que grâce aux mensonges

  8. François - 26 février 2011

    Affligeant cette cohalition d'opérette... les électeurs qui ont voté pour ca ont été BERNES... mais déjà il y a un an, 8 jours n'avaient pas suffit pour établir un programme tant annoncé, seul une feuille de route. Queyranne, c'est une honte, vous le cumulard de premiere, pas foutu de gouverner. Vos sbires n'y pourront rien et tout implosera. Pauvre gouvernance. Au fait au Palais, le sieur Meirieu il aura pas son bureau de VP princier alors ? hehé ...

  9. lsj69 - 26 février 2011

    Ca a commencé avec le lycée Mounier et Annabe. Ca continue encore. A gouverner comme Ben Ali, il va terminer comme lui. Pschitttt! dans l'avion.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut