Laurent Wauquiez
©Tim Douet

Grenoble : l'entourage de Laurent Wauquiez répond au préfet de l'Isère

Attaqué par le préfet de l'Isère après plusieurs jours d'émeutes dans le quartier du Mistral à Grenoble la semaine passée, Laurent Wauquiez a répondu au représentant de l'État par l'intermédiaire de son entourage. 

L'entourage de Laurent Wauquiez a réagit aux propos du préfet de l'Isère sur le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes. “Le préfet de l’Isère qui ne s’est jamais rendu sur place avant d’apprendre la visite de M.Wauquiez, incarne bien les défaillances d’un gouvernement prompt à montrer ses muscles sur les Champs-Elysées, mais incapable de rétablir l’ordre dans les quartiers”, a confié à Lyon Capitale un proche de l’élu LR.

Lundi, le préfet de l'Isère avait estimé que les déclarations du président du conseil régional sur les émeutes de Grenoble “semblaient se fonder sur une connaissance incomplète du dossier au vu de l’accalmie très nette des violences urbaines dans le quartier Mistral depuis le 4 mars”. Laurent Wauquiez avait demandé au “gouvernement de rétablir l’ordre” dans le quartier.“ La place du gouvernement, c'est de rétablir l'ordre. Ça n'est pas normal, qu'au bout d'une semaine, on ait eu encore des événements ce week-end. On ne peut pas accepter ça silencieusement. Le gouvernement, j'attends de lui qu'il ramène l'ordre. C'est son premier devoir”, avait ajouté Laurent Wauquiez.

Le préfet de l'Isère avait aussi attaqué le président des républicains sur des arguments plus politiques. “Sur le long terme, la clef de l’apaisement de ces quartiers sensibles réside dans le désenclavement social que permettent la formation professionnelle continue et l’apprentissage, ainsi que l’insertion professionnelle des  jeunes en difficulté qui relèvent directement de la compétence du Conseil Régional”, avait écrit Lionel Beffre, rappelant ainsi que la région a fait le choix de ne pas signer avec l'État le plan d'investissement compétences d'une hauteur de plus de 600 millions d'euros.

à lire également
Le président de la métropole a de nouveau refusé la proposition de “ticket” formulée la semaine dernière par Gérard Collomb pour les élections métropolitaines de 2020 à Lyon. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut