Manuel Valls © Tim Douet 018
Gerard Collomb et Manuel Valls © Tim Douet

Gérard Collomb, “pas contacté par Valls”

Le maire de Lyon affirme, au micro de Sud Radio ce matin, ne pas avoir été contacté par le Premier ministre, qui constitue son nouveau gouvernement. “J’étais à la pêche au brochet, donc mon téléphone ne captait pas”, raconte Gérard Collomb, qui livre son analyse sur les noms de potentiels ministrables qui circulent.

Gérard Collomb sera-t-il ministre dans le gouvernement Valls II  ? Le maire de Lyon affirme en tout cas ce mardi matin, au micro de Sud Radio, ne pas avoir été contacté par le Premier ministre pour l’instant. "Hier au soir, j’étais à la pêche au brochet, donc mon téléphone ne captait pas", a-t-il malicieusement expliqué.

Mais, s’il devait monter à Paris, ce ne serait pas pour n’importe quel portefeuille. Parmi ceux qui seraient susceptibles de l’intéresser : l’Economie, l’Aménagement du territoire et l’Industrie, lui qui plaide pour "remuscler la compétitivité des entreprises".

Baylet, Placé, Lepage...

Mais d’autres noms circulent pour les futurs entrants au gouvernement, parmi lesquels Jean-Michel Baylet, qui menaçait il y a quelques jours que les membres de son parti, dont Thierry Braillard, quittent le Gouvernement.

“Jean-Michel Baylet est tout à fait compatible avec François Hollande et Manuel Valls sur la conception économique. Sur la réforme de la décentralisation, il y avait, c’est vrai, des éléments de différence", reconnaît le maire de Lyon, qui estime pour autant que François Hollande et le président du PRG "trouveront certainement un accord". Autre nom avancé, celui de Robert Hue. "Il a plutôt une pensée moderne alors pourquoi pas ? Mais cela reste des pronostics de journaux, je ne suis pas sûr que cela corresponde à la réalité", temporise l’édile lyonnais.

Jean-Vincent Placé ? "Il vient du radicalisme. Il en rêve depuis longtemps. Il ferait un bon ministre. Et pourquoi pas une ouverture au centre, avec "l’écolo-compatible" Corinne Lepage ? "Il doit surtout y avoir une ligne politique cohérente. S’il réussit, beaucoup du centre viendront soutenir cette ligne. Il faut des majorités larges. C’est ce que j’essaye de faire à Lyon, c’est ce qu’il faut aussi essayer de faire au national", estime Gérard Collomb.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut