Financement occulte des partis : que savaient-ils ?

Lyon Capitale y consacre un dossier dans son numéro de décembre, le financement de la vie politique française est au coeur de l'actualité ce mois-ci, avec l'ouverture du fameux procès de Saint-Fons à Lyon le 30 novembre au tribunal correctionnel. Après huit ans d'enquête, la justice va enfin tenter de savoir si oui ou non la municipalité de Saint Fons a financé le parti socialiste local, via l'association Léo Lagrange, pendant plus de vingt ans et ce, au mépris de tout principe d'équité démocratique. (Procès renvoyé à 2010, lire l'article Jeux de dupes au procès de l'affaire de Saint Fons). A l'échelle nationale, le financement du RPR par la mairie de Paris, est lui aussi sous les feux de la rampe, depuis le renvoi le 30 octobre de Jacques Chirac devant la justice, pour emplois fictifs. De droite comme de gauche, il semble bien que tous les partis aient profité du vide juridique qui prévalait à l'époque, - aucun financement public n'était prévu pour financer les partis politiques-, ce qui aurait favorisé le développement de combines locales. Trente ans après, l'omerta semble toujours de mise. Lyon Capitale a interrogé les élus communautaires.

Dans l'ordre d'apparition

 :

- François-Noël Buffet, président du groupe Ensemble pour le Grand Lyon (UMP) et sénateur maire d'Oullins,
- Gilles Buna, groupe des Verts, vice président délégué à l'urbanisme, aux projets urbains et aux grands projets,
- Nadine Gelas, groupe socialiste et apparentés, vice-présidente chargée du développement et du rayonnement des activités de création, élue dans le 2ème,
- Alexandrine Pesson, groupe socialiste et apparentés, maire du 5ème arrondissement de Lyon,
- Jean-Michel Daclin, groupe socialiste et apparentés, vice président du Grand Lyon délégué aux relations internationales,
- David Kimelfeld, groupe socialiste et apparentés, vice-président en charge du développement économique et 1er adjoint au maire du 4ème,
- Denis Broliquier, Ensemble pour le Grand Lyon (UMP), maire du 2 ème arrondissement,
- Alain Joly, groupe centriste et démocrate, conseiller communautaire de Marcy l'Etoile.

Lucie Blanchard

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut