Georges Fénech
©Tim Douet

Fenech : “Il va falloir exploser le système Collomb”

Jamais sans doute Gérard Collomb n'avait été attaqué aussi durement par un responsable de l'opposition UMP de Lyon. Lors du débat du deuxième tour de la primaire, qui l'opposait à son challenger Michel Havard, c'est bien au maire de Lyon que Georges Fenech a réservé ses attaques les plus virulentes : interrogé sur la bonne relation du maire avec quelques patrons lyonnais, il a dénoncé un "système Collomb" et "le sentiment de la protection d'intérêts, voire de conflits d'intérêts".

Devenu le favori du second tour de la primaire lyonnaise à la faveur des soutiens d'Emmanuel Hamelin, Nora Berra ou Michel Noir, le magistrat Georges Fenech n'a pas cherché à arrondir les angles sur le plateau de Lyon Capitale TV. C'est lui qui a porté le plus d'"attaques" à son challenger Michel Havard (ici). Mais c'est lui aussi qui s'est montré le plus virulent à l'encontre du maire de Lyon. Alors que depuis 2008 la droite lyonnaise – sous la houlette de Michel Havard – avait privilégié une opposition "constructive", le ton pourrait singulièrement changer si elle choisissait dimanche soir Georges Fenech comme candidat.

“Lyon n'appartient pas à un, deux ou trois patrons”

Interrogé sur les relations de Gérard Collomb avec le patronat lyonnais, plus particulièrement Bruno Bonnell, Olivier Ginon ou Jean-Christophe Larose, Georges Fenech a pris le temps de peser ses mots (à voir ici, à 19'40) : "Vous parlez de patrons qui sont dans un système Collomb, ce n'est pas tout le patronat lyonnais. (…) Il va falloir aussi faire exploser ce système Collomb, je le dis très clairement. Il faut plus de transparence à Lyon." L'ex-magistrat a poursuivi : "Lyon n'appartient pas à un, deux ou trois patrons (…) Il y a un certain entourage – ils font des affaires, c'est tout à fait normal, les patrons sont là pour faire des affaires… mais pas au détriment des Lyonnais ! (…) Je dis qu'il y a un manque de transparence dans la gouvernance aujourd'hui de Gérard Collomb, je le dis avec gravité, solennité, et je m'emploierai pendant toute la campagne qui m'opposera à Gérard Collomb à dénoncer ce système qui aujourd'hui fait que la gestion est autocratique. Il y a vraiment le sentiment de la protection d'intérêts, voire de conflits d'intérêts. (…) Je ne vais pas vous donner de noms, je veux simplement (…) qu'il y ait plus de transparence."

Appelé à répondre, Michel Havard a à son tour demandé un mode de fonctionnement "plus transparent, ça vaut sur plein de sujets" : "Il faut que la gouvernance permette cette transparence, aujourd'hui il y a trop de décisions qui sont prises tout seul",a-t-il poursuivi, concluant qu'un "processus de décision" visible "sera un grand progrès démocratique."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut