boudaoud

Farida Boudaoud défend les minibus de Samia Ghali

Candidate malheureuse dans la 13e circonscription du Rhône aux législatives, la vice-présidente du conseil régional se félicite des bons scores réalisés ce dimanche par deux candidats issus de la diversité à des primaires socialistes, à Marseille et Le Havre. "Ancrée dans les quartiers nord de la ville, Samia est une battante", écrit Farida Boudaoud. Elle revient sur la polémique déclenchée par les minibus affrétés la sénatrice des Bouches-du-Rhône : "En facilitant l'accès des électeurs aux bureaux de vote, elle a permis une expression citoyenne plus conforme aux réalités sociologiques de cette ville. Les perdants ne peuvent pas, après avoir dénoncé pendant vingt ans la ghettoïsation des quartiers Nord, coupant toute une frange de la population des axes de transport marseillais, condamner aujourd'hui les initiatives visant à corriger ces inégalités", objecte-t-elle. D'après elle, le PS aurait dû mettre sur pied ce trafic de minibus.

Dans ce communiqué de presse, la Décinoise adresse ses félicitations à Camille Galap, élu dès le premier tour au Havre. "Je regrette, une nouvelle fois, que s'agissant de personnalités issues de la diversité, l'on s'étonne qu'ils soient parvenus à convaincre les militants et sympathisants du bien-fondé de leur candidature (..) Le PS porte en son sein des candidats de valeur à l'image de la France : il est temps enfin que l'on ouvre les yeux sur cette diversité".

2 commentaires
  1. Collombitude - lun 14 Oct 13 à 19 h 18

    Il suffisait ensuite de mettre le bon bulletin dans l'urne? F. Boudaoud défend ce qu'elle peut, et elle ne peut pas beaucoup, sauf à soutenir des projets inutiles, pour lesquels les citoyens de l'Est l'ont remerciée. Cet entêtement a fait ganer l'UMP Meunier...et ce n'est pas fini!

  2. brish69 - mar 15 Oct 13 à 9 h 33

    J'ai du mal à comprendre le pourquoi des minibus. Les bureaux de vote sont bien toujours installés dans un rayon proche des habitations concernées (écoles etc ...) pour pouvoir y aller à pied, banlieues ou pas. A mon sens il ne s'agissait pas de 'faciliter l'accès', mais plutôt de ratisser large en 'obligeant' les gens à aller voter.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut