Farida Boudaoud : bonne copine mais pour combien de temps ?

Venue à la politique par le milieu associatif, engagée en faveur des sans-papiers, elle a été repérée dans les années 90 par Sylvie Guillaume, alors première fédérale. Poussée par Demontès et Queyranne, elle devient conseillère régionale en 2004, décrochant une délégation l'an dernier. Depuis le président du conseil régional répète à l'envi que c'est son "meilleur pari réussi". Figurant en 4e place de la liste socialiste aux européennes, elle a laissé la 2e position à Sylvie Guillaume, par amitié. "Elle place la valeur humaine au-dessus de ses propres ambitions", commente Nathalie Perrin-Gilbert. Expansive, généreuse, jouant collectif, elle entretient de bons rapports avec Collomb. Il est vrai qu'elle est élue sur un territoire lointain, à Décines...

Soutien d'Aubry, elle a été récompensée par la nouvelle secrétaire du PS qui l'a faite entrer l'an dernier au secrétariat national du parti. Farida Boudaoud le sait, elle devra encore faire ses preuves. "Mais elle n'a peur de rien", affirme Sylvie Guillaume, confiante.

Lire aussi : Ces amazones qui résistent à Collomb

à lire également
David Kimelfeld engrange de nouveaux soutiens avec l’annonce, ce jeudi, d’un partenariat avec les élus du groupe Synergies. Le nouveau mode de scrutin affaiblit leurs poids politique mais permet au président de la métropole de s’appuyer sur des élus bien ancrés sur l’une des circonscriptions les plus indécises.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut