(Photo by PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Entre Lyon et la métropole, Gérard Collomb choisira plus tard

La République en Marche n’a toujours pas investi de candidat pour les élections municipales à Lyon. Les soutiens de Gérard Collomb gardent la porte ouverte à une double candidature de l’actuel maire de Lyon. Même s’il ne pourra pas exercer les deux fonctions.

C’est l’angle mort de l’entrée en campagne de Gérard Collomb : le maire de Lyon sera-t-il tête de liste aux élections métropolitaine et municipale ? L’intéressé élude la question. Il n’a pas pris la peine de répondre lors de sa seule conférence de presse de candidat, au lendemain de son investiture par La République en Marche. Ce lundi matin, son équipe de campagne a entretenu le flou. Renaud George, son directeur de campagne, rappelle sondage à l’appui que “la marque Collomb” est un avantage non négligeable à Lyon. Son alter ego Fouziya Bouzerda pointe de son côté que LREM ne gagnera pas la métropole sans remporter la bataille lyonnaise. Quant au responsable de la presse, le conseiller municipal Louis Pelaez, il boucle le syllogisme : “L’hypothèse d’être tête de liste sur les deux élections n’est pas totalement impossible.” Dans son esprit, Gérard Collomb pourrait mener les deux listes tout en expliquant aux électeurs qu’il ne sera pas maire de Lyon. “Nous n’allons pas essayer de piéger les électeurs”, promet Renaud George.

Réponse en janvier ?

Gérard Collomb pourrait trancher dans les semaines à venir. Dans une confidence au Monde sur l’identité du successeur qu’il pourrait choisir, il confiait, très évasif, au sujet de Fouziya Bouzerda, l’une des impétrantes : “Fouziya a des opposants et je crois qu’il faut la protéger, ne pas trop l’exposer. Donc il faut faire campagne sans faire campagne, au moins jusqu’en janvier.”

La ville, le plan B ?

L’équipe de campagne du candidat investi par LREM aux élections métropolitaines réfute que l’hôtel de ville soit un lot de consolation. Le calendrier des élections laisse entrevoir cette hypothèse machiavélique. L’élection du président du conseil métropolitain aura en effet lieu trois jours avant celle du maire de Lyon. Pour connaître l’identité du prochain maire de la ville, il faudra peut-être attendre de voir le meccano métropolitain se démêler.

à lire également
Equipage de la Police nationale à Lyon © Tim Douet
Face aux problèmes créés par le trafic de cannabis, la municipalité villeurbannaise sortante avait lancé une grande concertation sur la dépénalisation. Un choix jugé aujourd’hui risqué électoralement. Les remontées des habitants sur la tranquillité publique ne sont pas élogieuses.
4 commentaires
  1. JANUS - 25 novembre 2019

    Le vertige du vide !

  2. PAUL Gabriel - 25 novembre 2019

    Le seul choix à bientôt 73 ans c'est la retraite après avoir œuvrez pour Lyon et la Métropole

  3. raslebol69 - 25 novembre 2019

    Il se moque vraiment des électeurs pour arriver à mettre en place sa nouvelle protégée, alors même que les révélations sur son ancienne compagne n'ont pas fini de faire des vagues.

    1. vieux caladois - 26 novembre 2019

      on verra bien les 15 et 22 mars prochains...

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut