Yann Cucherat © Antoine Merlet

Élections à Lyon : qui est Yann Cucherat ? (LREM)

Candidat surprise de La République en Marche à la ville de Lyon, Yann Cucherat a été adoubé par Gérard Collomb. Une ombre tutélaire qui lui a rapidement valu l’étiquette de “marionnette”, même si l’ancien gymnaste s’en défend.

Multimédaillé mondial de gymnastique, Yann Cucherat a gravi très rapidement les échelons de la “Collombie”. Élu pour la première fois en 2014, il a été désigné par Gérard Collomb pour lui succéder à la mairie de Lyon. Un mentor qu’il rencontre en 2009 alors qu’il est nommé sportif lyonnais de l’année. Le baron local lui propose déjà de le rejoindre. Yann Cucherat refuse et poursuit sa carrière de sportif avant d’accepter lors de la campagne suivante.

Discrétion

“Il est arrivé sur la pointe des pieds. C’était quelqu’un de discret et il l’est toujours”, se souvient Zorah Ait-Maten, adjointe aux affaires sociales et aux solidarités. Une discrétion qu’il compense par une véritable force de travail, indique cette proche. “Je me suis toujours construit sur ça. En gym, je n’avais pas de talent particulier. Le labeur m’a fait avancer. C’est un sport où l’on ne peut pas se cacher”, explique Yann Cucherat. “La gymnastique, c’est un sport exigeant aussi. Lui l’est envers les autres, mais surtout envers lui-même. C’était notre capitaine et il s’est imposé naturellement”, se remémore son ancien coéquipier Cyril Tommasone.

Après trois années à arpenter les clubs et associations locaux, il est chargé de plancher sur le programme sport d’Emmanuel Macron en 2017. Quand Gérard Collomb quitte Lyon pour le ministère de l’Intérieur, c’est lui qui prononce le discours en hommage à son mentor. “L’homme Lyon, la ville Collomb”, ose-t-il face à un conseil municipal narquois et gêné. Il ajoute : “Cette ville existait avant vous, mais en la chérissant comme vous l’avez chérie, vous l’avez faite belle. Comme le regard de l’amant embellit la femme aimée et la rend aux yeux de tous plus désirable encore.” “Ma femme va être jalouse”, glisse alors, amusé, Gérard Collomb à sa voisine.

Marionette ?

Dans la majorité de Georges Képénékian, il hérite des grands événements comme le 8 décembre, en plus des sports. Une marque de confiance. Alors que la scission est consommée entre Collomb, Képénékian et Kimelfeld, personne ne l’imagine candidat. Son air naïf et son allure tirée à quatre épingles qui lui donnent un air de bon élève le font passer sous les radars. C’est pourtant lui qui est choisi face à de vieux grognards comme Jean-Yves Sécheresse ou Fouziya Bouzerda. Une désignation raillée par ses adversaires autant que par ses amis qui pointent “son manque d’épaisseur politique” et voient en lui “une marionnette” facile à sacrifier lors d’un accord de second tour.

“Au moins dans le sport, il y avait des règles, répond-il. En politique, ce n’est pas le cas. Moi, je me fixe les miennes et reste dans mon couloir. Je ne coche peut-être pas toutes les cases, mais comme quand j’étais sélectionneur, si je n’ai pas toutes les compétences, je vais les chercher là où elles sont. Je sais d’où je viens et je suis lucide sur ce que je suis. Je me suis toujours confronté à des athlètes du monde entier pour franchir les obstacles. Je continue de le faire ici depuis six ans.” Yann Cucherat explique avoir voté “parfois à gauche, parfois à droite et toujours pour Gérard Collomb”, mais son positionnement politique reste insondable. “Je fais ça pour les Lyonnais parce que je suis comme eux, leur prolongement”, répète le candidat en guise de réponse. Il assure qu’il saura “trancher” quand il faudra le faire. Mais trancher pour quoi ? Difficile de le savoir.

[Article issu de notre hors-série spécial élections à retrouver ici]

Bio express : 

Yann Cucherat, 40 ans

• Né à Lyon

• Gymnaste. Participe à 4 J.O. Deux médailles mondiales en 2005 (argent et bronze)

• Conseiller technique sportif

• S'engage en politique en 2014 sur la liste de Gérard Collomb

• Nommé adjoint aux Sports

à lire également
Faire défiler vers le haut