Élections à Lyon : notre hors-série en ligne pour tout comprendre

À scrutin historique, hors-série spécial. Lyon Capitale publie ce mercredi un numéro consacré aux élections municipales et métropolitaines pour tout savoir avant les votes des 15 et 22 mars prochain. 

Les 15 et 22 mars prochains, les Lyonnais et Grands Lyonnais vont être appelés à voter pour renouveler leurs exécutifs municipaux. Grande première en 2020, pour la première fois les électeurs choisiront leurs élus à la métropole. Une nouveauté qui brouille un peu plus les cartes de cette élection sur 14 circonscriptions. Au milieu de cette petite révolution électorale à Lyon : Gérard Collomb. 

Celui qui a fait du Grand Lyon une collectivité locale est de plus en plus contesté, notamment dans son propre camp. Le Baron élu dès le premier tour en 2008 a décidé de quitter l’hôtel de ville de Lyon, pour livrer un dernier round électoral à la métropole, et récupérer le siège de président qu’il a laissé lors de son départ à l'Intérieur en 2107. Face à lui, la vague verte attendue en France pourrait faire quelques remous ici, à la ville comme à la métropole. Dans le même temps, droite et gauche fourbissent leurs armes pour reprendre la main à la faveur d’accords de 2e et 3e tour dont l’issue demeure totalement incertaine. 

Pour y voir plus clair, Lyon Capitale publie un hors-série sur ces élections municipales et métropolitaines. Retour sur le bilan de Gérard Collomb, analyse des alliances possibles, portraits des candidats, principaux enjeux locaux, projets politiques, élections à Villeurbanne et dans l’Est lyonnais, vous saurez tout sur ces scrutins. Nous avons fait le choix de distribuer ce numéro spécial gratuitement en ligne dans un format PDF téléchargeable ci-dessous et en format papier pour plus de confort de lecture disponible ce matin kiosque au prix de 2€. 

Bonne lecture.

Hors série Elections à Lyon by Lyon Capitale on Scribd

3 commentaires
  1. marion.lissac@orange.fr - 12 mars 2020

    Bonjour
    Je ne comprends pas pourquoi Denis BROLIQUIER, n'est pas présent dans cet article, alors qu'il est candidat aux municipale et à la métropole. Pourquoi ce boycotage ? Monsieur Denis BROLIQUIER est maire actuellementdu deuxième arrondissement de Lyon et un un homme de terrain et apprécié des lyonnais .
    LYON CAPITALE serait il un magazine financé par d'autres candidats et / ou par des partis politique ?

  2. Yves Botton - 13 mars 2020

    L'absence de Denis BROLIQUIER dans votre numéro, malgré les deux heures de temps qu'il vous a consacré pour ce numéro, est pour le moins scandaleux.
    Qui êtes vous, pour ainsi censurer le débat démocratique ?
    Si par contre il s'agit d'un "publi- reportage", n' oubliez pas de leur facturer, nous serons attentifs aux comptes de campagne et aux possibles conséquences...

  3. Helene Duhoo - 13 mars 2020

    Je suis stupéfaite par l'absence d'objectivité et d'impartialité sur les projets présentés, surtout de la part "d'esprits libres", et je serai directe.
    Nulle part, malgré la communication claire et répétée des informations, ne figurent celles centrales relatives au projet de métamorphose de la ville et la Métropole, projet élaboré par mes soins sans conflit d'intérêt, dans l'intérêt collectif, et que portent les centristes et 100% citoyen.
    Quelles informations ? 44 hectares d'espaces verts de pleine terre en cœur de ville et métropole, avec une via rhôna continue en rive droite du rhône depuis l'A450, et la liaison de tous les parcs entre eux ; le quartier Perrache Carnot saccagé depuis bientôt 50 ans, qui retrouve son identité, une fluidité et un vrai souffle dans une opération financée par les possibilités de construire ; une continuité au nord-ouest via un tunnel mode doux sous fourvière ; une moindre pollution évidente ; aucune voie nouvelle qui attire : un simple déplacement des voies en continuité du tunnel de fourvière, avec connexion au périphérique ; une alternative crédible à l'anneau des sciences, 4 à 5 fois moins cher ; et une amélioration aussi sur le secteur saint-Fons / Pierre bénite ; une image de la métropole transformée ; etc
    Pourquoi une telle distorsion de traitement ? Un projet réaliste, responsable et qui traite réellement sur le fond les points noirs de l'agglomération, c'est trop beau pour être vrai ?... C'est pourtant réel. Et faisable.
    J'aimerais réponse des journalistes dont le rôle est d'informer, pour parvenir à "tout comprendre"

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut