Hélène Geoffroy et Jean-François Debat © Tim Douet

Deux élus régionaux nommés dans la direction du Parti socialiste

Hélène Geoffroy et Jean-François Debat ont été nommés respectivement, secrétaire nationale chargée de la “République des territoires” et secrétaire national chargé des “Transitions écologique et énergétique” ce dimanche par les militants du Parti socialiste.

Mal au point, le Parti socialiste entame tant bien que mal sa refondation. Olivier Faure, son nouveau Premier secrétaire, a présenté ce dimanche sa nouvelle direction. Une équipe renouvelée et resserrée composée de 24 secrétaires nationaux (contre 80 auparavant) dont font partie l'ancienne ministre Hélène Geoffroy et Jean-François Debat, le chef de file de l'opposition PS au Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette équipe a été élue par les militants lors du Congrès d'Aubervilliers. Le maire de Bourg-en-Bresse, ancien trésorier du PS, y a été nommé secrétaire national chargé des “transitions écologique et énergétique”. Un poste inattendu pour celui qui a été vice-président en charge des finances de Jean-Jack Queyranne pendant plus de 10 ans et trésorier du PS pendant presque 7 ans. “Quand tous les Éléphants ont totalement disparu, il a assumé toutes ses responsabilités en tant que trésorier du PS, que ce soit sur la vente de Solférino et sur le plan social”, confie son entourage. “Désormais, il souhaite endosser d'autres responsabilités et la question écologique est un vrai sujet pour lui. Il y travaille à la région depuis longtemps”, ajoute un proche.

Quant à la maire de Vaulx-en-Velin, elle a été nommée secrétaire nationale chargée de la “République des territoires”. Un choix de la continuité pour celle qui fut secrétaire d'État en charge de la Politique de la ville pendant près de 2 ans dans le gouvernement de François Hollande.

à lire également
Gérard Collomb et David Kimelfeld au conseil métropolitain, en mai 2017 © Tim Douet
En 2020, les conseillers métropolitains seront élus au suffrage universel direct. Une première historique qui tranche avec les accords de couloir sur lesquels ont reposé les élections de Gérard Collomb puis David Kimelfeld. Ce nouveau scrutin, Collomb l’a façonné tout seul à la création de la métropole : d’une prime majoritaire à une carte électorale qui semble taillée sur mesure pour La République En Marche.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut