Claude Reynard home
© DR

Démissionnaire, la maire de Collonges annonce une crise

Claude Reynard, élue maire de Collonges-au-Mont-d’Or en 2014, vient de démissionner de ses fonctions. Car elle a été lâchée par sa majorité et ses adjoints proches.

Investie par l'UMP pour ravir une mairie jusqu'ici tenue par Philippe Reppelin, qui ne se représentait pas, Claude Reynard avait réussi son pari en mars 2014. Mais l'équipe qu'elle avait réunie autour d'elle, dont l'ancien premier adjoint Alain Germain, a explosé cet été.

Une méthode mal comprise

Dès juillet, six élus de la majorité décident de faire sécession et de monter un groupe indépendant. "Nous nous sommes réunis avec les autres et nous avons décidé de faire bloc, pour le bien de la ville, raconte Claude Reynard. Mais cette solidarité a volé en éclats à la rentrée : mes adjoints ne souhaitaient plus m'appuyer."

"On me reproche ma façon de gérer, non pas la ville, mais la mairie. J'ai toujours mené cette fonction à la manière d'un chef d'entreprise. Visiblement, cette méthode n'a pas plu." Claude Reynard évoque notamment sa volonté d'embaucher un directeur à la mairie, pour la décharger des tâches de "grouillot de service" qui lui incombaient. La goutte d'eau, sans doute, pour ses adjoints, qui ont crié au scandale et à la dérive budgétaire. "Mais personne n'a fait de tollé en me voyant épuisée à enchaîner les journées de 15 heures..." À noter que Claude Reynard est également conseillère de la métropole et conseillère régionale. "Sur les six premiers dissidents, cinq étaient de nouveaux élus... Je n'ai pas de leçon à recevoir de personnes qui n'ont jamais été patron."

Une majorité... avec l’opposition ?

Claude Reynard a informé le préfet de sa démission, qui devrait déclencher l'élection d'un nouvel exécutif avant la fin du mois. Une nouvelle majorité devra se former. “Mais elle n'aura pas ma voix, mon premier adjoint n'aura pas ma voix ! martèle celle qui restera maire jusqu'à ce nouveau scrutin au conseil municipal. Il va y avoir une crise car, sans ma voix, il n'aura pas de majorité dans son camp. Il devra composer avec l'opposition..."

Claude Reynard avoue aussi n'avoir pas voulu s'acharner et s'accrocher à son fauteuil, car sa "carrière politique est plutôt derrière [elle]". Elle garde néanmoins ses autres mandats, à la métropole et au conseil régional.

1 commentaire
  1. SophieV - dim 4 Oct 15 à 15 h 38

    Belle mentalité madame ! pas étonnant que vous soyez lâchée. Lâcher un revenu, oups, un mandat ne lui a pas effleuré l'esprit ? ben non, forcément.....

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut