Contre Millon, Queyranne appelle au "sursaut républicain"

Cela va à l'encontre de la rupture annoncée par Nicolas Sarkozy. Cela va aussi à l'encontre de la morale politique". Quelques jours après l'annonce du retour de son vieil adversaire, Jean-Jack Queyranne s'est confié à Lyon Capitale. Et il ne décolère pas. Ce n'est pas la première fois que Queyranne et Millon s'affrontent aussi durement.En 1998, Charles Millon avait obtenu le soutien des élus FN pour être réélu président de la Région. Son élection invalidée, il avait ensuite été remplacé par l'UDF Anne-Marie Comparini, soutenue par Jean-Jack Queyranne dans une logique de "front républicain".Devenu président de la Région en 2004, Jean-Jack Queyranne fait désormais appel à "un sursaut républicain", le 21 septembre prochain, pour "faire barrage à Charles Millon" : "J'espère bien qu'il va être battu et qu'il y aura un sursaut républicain. Surtout que Millon n'est jamais revenu sur ce qu'il a fait. Au contraire, il l'a toujours revendiqué."En 2002, Jean-Jack Queyranne avait déjà, avec succès, fait appel à un "sursaut républicain", pour faire battre Charles Millon, qui se présentait contre lui aux législatives à Bron. Est-ce que l'effet sera identique auprès des grands électeurs de l'Ain ? Réponse le 21 septembre.

à lire également
Gérard Claisse vient de démissionner ce vendredi de sa fonction d'adjoint à la ville de Lyon après l'accord entre Gérard Collomb et la droite locale. Élu dans la majorité du maire depuis 2001, il dresse un bilan positif de ces années, mais juge durement le choix de l'ancien ministre de s'allier aux Républicains.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut