Gérard Collomb, David Kimelfeld et Emmanuel Macron © Tim Douet
Article payant

Collomb-Kimelfeld : jeu de dupes autour de l’investiture LREM à Lyon

 L’été n’a pas permis de régler la querelle Collomb-Kimelfeld malgré l’implication d’Emmanuel Macron. Le président de la République a reçu les deux élus lyonnais à l’Élysée et les a exhortés à se mettre d’accord. Un statu quo qui contente les deux élus mais pourra difficilement durer. Chacun guette désormais le faux pas de l’autre.

Dans son rôle de médiateur, Emmanuel Macron a eu plus de succès à Biarritz qu’à Lyon. Au G7, le président de la République a navigué par gros temps mais a mené sa barque où il l’entendait. En revanche, dans les arcanes de la vie politique lyonnaise, l’esquif Macron s’est abîmé. En juin puis fin juillet, ses tentatives de médiation entre David Kimelfeld et Gérard Collomb ont échoué. De passage à Lyon, il avait échangé en tête à tête avec le maire de Lyon puis avec le président de la Métropole. Les trois hommes avaient convenu de se revoir pendant l’été pour dénouer une querelle interne à La République en Marche qui laisse planer le spectre de la machine à perdre. La promesse présidentielle a été honorée fin juillet. D’après nos informations, les deux hommes ont été convoqués à l’Élysée pour une rencontre tripartite. “Le Président les a reçus pendant plus d’une heure. Chacun a pu exposer ses arguments. Emmanuel Macron leur a demandé de se mettre d’accord”, rapporte un cadre national du parti. Entre Paris et Lyon, la consigne semble s’être perdue en chemin. En cette rentrée, les deux édiles gardent leurs troupes mobilisées. Chaque camp jure qu’il ira jusqu’au bout de cette campagne avec ou sans investiture.

Il vous reste 83 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Dans son classement des villes en fonction de leur action pour la qualité de l'air, Greenpeace lançait un avertissement à Lyon qui prépare la construction d'une nouvelle autoroute urbaine. L'ONG condamne le "greenwashing" et "l'écocide" de Gérard Collomb qui prétend que son projet serait "écologique".
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut