COLLOMB-HAVARD, tour de chauffe au Conseil Municipal de Lyon

La majorité et l'opposition font des assauts d'amabilité. Mais derrière les fleurets mouchetés, on sent déjà poindre la lame.

Une opposition constructive, une majorité ouverte au dialogue, c'est l'image que s'efforce de donner le nouveau conseil municipal, du moins pour l'instant. Emmanuel Hamelin, conseiller municipal UMP, critique la politique de subventions en direction des associations musicales ? " Je comprend mieux le sens de votre intervention " répond Georges Képénékian le nouvel adjoint à la Culture. Michel Havard, chef de file de l'UMP, plaide pour que la ville renforce sa politique de développement durable ? " Nous sommes parfaitement d'accord " lui répond Gérard Collomb, consensuel. Denis Broliquier, maire d'opposition du 2, regrette qu'on n'ait pas retenu sa proposition d'un ticket restaurant pour seniors ? Mais au contraire, et le maire de Lyon demande qu'elle soit mise à l'étude. Va-t-on vers un dialogue apaisé entre la droite et la gauche ? Pas sûr. A propos des crèches, des subventions, des transports, les désaccords couvent et ne demandent qu'à éclore. De plus, la gauche n'en finit pas de mettre en cause la politique gouvernementale pour justifier ses difficultés. Or Michel Havard, également député UMP, n'est pas décidé à laisser faire. " Nous ne sommes pas à l'Assemblée Nationale, " confie-t-il dans les couloirs. Mais s'il faut répondre pour expliquer les bienfaits de la politique du gouvernement, il le fera. L'opposition se structure, prend ses marques. Mais le temps des gracieuses courtoisies sous les plafonds dorés a déjà vécu.

LA CULTURE DE L'ARROSOIR
Subventions musicales : 45000 euros pour 12 associations qui oeuvrent dans les musiques actuelles, cela fait une moyenne de 4000 euros par asso environ. On y trouve des collectifs de musiciens comme l'ARFI (Association de Recherche d'un Folklore Imaginaire), des salles de spectacles comme le Hot Club, temple du jazz depuis 60 ans, ou lerockestpasmort qui gère le Kraspek, des organisateurs de concerts comme Médiatone ou Dandelyon, des labels comme Azaid ou Gone Zone. En tout, souligne Georges Képénékian, nouvel adjoint à la Culture, c'est près d'un millions de subventions en direction des musiques actuelles. Oui mais, souligne Emmanuel Hamelin, pour l'UMP, " vous arrosez là où il y a déjà de l'eau ". Et il cite le Hot Club, déjà soutenu par la région, la Sacem et le département. Ou encore l'ARFI, soutenue par le Ministère de la Culture, la région, la ville de Francheville, la Sacem, France Culture... Politique " convenue ", qui manque de " modernité ", selon lui. Manque d'encouragement à la nouveauté. Ah bon,fait remarquer courtoisement Képé, indiquez-moi " quelles sont les structures qui auraient été oubliées ? " Et Gérard Collomb en profite pour glisser une peau de banane : " j'attends que vous me fournissiez une liste des subventions que vous souhaitez voir supprimer, avec le montant ". Tout le monde vote quand même le rapport. Le débat sur la politique de subventions des structures culturelles n'aura pas lieu. Ni celui sur les difficultés de ces lieux de diffusion pour se maintenir en vie compte tenu des problèmes de voisinage.

ON VOTE !
L'écologie à petits pas et en vélo
Le 27 octobre les maires d'Eurocités préseneront à Lyon la convention qu'ils ont signée entre eux, en présence de François Fillon et de Jean-Louis Borloo. Un engagement de réduire les gaz à effet de serre de 20 % d'ici 2020 dans chacune de leurs villes. A Lyon, cette politique se traduit déjà par le développement des constructions HQE (Haute Qualité Environnementale), des transports en commun des Vélo'V des déplacements doux. Bientôt doit se mettre en place le code de la Rue. Véritable inversion des logiques, il fonctionne sur le principe de la priorité au plus faible. On devrait voir se multiplier les rues à double sens cycliste, et se mettre en place des zones de rencontre, limités à 20km/h où les piétons sont toujours prioritaires. La convention est adoptée poru le Ville de Lyon.

Manger-bouger
L'Office des Sports de Lyon veut reprendre et relancer le club house du LOU. Une subvention de 25000 euros est votée. Christophe Geourjon (Modem) fait part de son mécontentement. Une association sportive qui se lance dans le métier de la restauration prend des risques. Pas d'accord non plus pour l'achat d'une licence 4 prévue dans le budget, pourvendre de l'alcool.

Une stèle pour Stéphane Abbès
Consensus autour de la mémoire de ce pompier mort dans l'explosion de gaz cours Lafayette, le 28 février dernier. Stéphane Abbès était connu pour son engagement comme soldat du feu mais aussi pour ses prestations comme comédien de café-théâtre au Nombril du Monde. Une stèle commémorative sera dressée sur les lieux du drame.

PETITES PHRASES

De Gilles Vesco " Avec Vélo'V nous avons inventé le transport collectif individuel ". Bientôt la bicyclette à impériale ?
Shakespeare écolo
De Gilles Vesco encore, à propos des initiatives des Eurocities sur le développement durable " travailler dans le cadre des eurocités dans la langue de Shakespeare n'a pas été une chose facile, compte tenu des difficultés techniques... " Disons plutôt : compte tenu du niveau d'anglais des élus, si l'on en croit les quelques vidéos qui traînent sur ce site.

Petit vélo
" Il faut mettre tout à droite " déclare à la surprise générale Pierre Hémon, des Verts. Il parle du vélo. C'est l'expression utilisée quand on veut mettre à la fois le grand braquet et le petit pignon, bref, accélérer à fond. Mais Pierre Hémon est de gauche, non ? Petit braquet et grand pignon ?

Louis Lévêque et de retour
Au mieux de sa forme : " l'objectif de ce référentiel d'évaluation est de produire des analyses et des conclusions qui permettent d'évaluer les résultats.... " (il y en a 2 pages). Ca doit vouloir dire quelque chose. Sûrement.

Pierre Gandonnière

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut