région
© Robin Favier

Budget : Gollnisch trouve Queyranne "de moins en moins socialiste"

Les élus régionaux ont voté le premier budget de ce second mandat de Jean-Jack Queyranne le 17 décembre. Face à la stagnation des recettes, l'exécutif a dû tenir les dépenses de fonctionnement, et raboter l'investissement. Même si celui-ci progresse, hors achat du nouvel Hôtel de Région.

"Nous avons voulu donner des vitamines à notre région". Jean-Jack Queyranne a défendu ce vendredi son premier budget post-réélection. Un budget aussi post-crise, encore marqué par la baisse des recettes fiscales et le coup de vis donné par le gouvernement sur les dotations de l'Etat. Conséquence : les dépenses de fonctionnement ont été corsetées, à 1,6 milliard d'euros (inchangé par rapport à 2010). Les grands postes de dépense restent les transports (560 millions d'euros, investissement et fonctionnement), les lycées (552 millions d'euros), la formation (488 millions d'euros).

Vice-président en charge des Finances, Jean-François Debat a insisté sur la bonne tenue de l'investissement (772 millions d'euros). Ce poste est stable si l'on retire la construction exceptionnelle de l'hôtel de région à la Confluence, fait-il valoir. "Au début du premier mandat, nous dépensions 450 millions d'euros pour l'investissement contre 680 à présent, hors Hôtel de Région", précise-t-il. Parmi les grands projets à venir en 2011, le lancement d'un fonds régional d'investissement destiné aux PME, et la création d'une société d'économie mixte spécialisée dans les énergies renouvelables qui apportera conseils et ingénierie aux collectivités locales. En comparaison, le budget fonctionnement s'établit à 1,64 milliards d'euros, stable. "Le message, c'est qu'il faut faire 'toujours mieux', et pas 'toujours plus'", expose Jean-François Debat.

Bruno Gollnisch (FN) lui a délivré un satisfecit. il note que la fiscalité reste inchangée, y voyant la "volonté de ne pas écorcher le contribuable". "Avec l'âge, je vous sens de moins en moins socialiste", a-t-il lâché à Queyranne, provocateur. Mais l'élu frontiste ajoute que la "modération" fiscale de la région n'est que "relative". Il pointe "un saupoudrage continu" des interventions. Dans un effet de manche dont il a le secret, il stigmatise la subvention accordée pour promouvoir le hip hop au Laos. Et relève que les termes "citoyens", "durable" et "participatif" polluent toutes les lignes budgétaires, constituant selon lui "un cache sexe idéologique".

Une région "sur-administrée mais sous-gouvernée"

"Votre ambition s'est traduite à travers le nouveau siège que vous faites construire à un coût pharaonique. Sur ce point, il est indéniable que vous avez de l'ambition", a ironisé Françoise Grossetête (UMP). "Votre budget de fonctionnement reste trop importante", a poursuit la présidente du groupe de droite. Elle pointe une hausse "des dépenses hors compétence qui n'apportent aucune plus-value aux Rhônalpins". Pour elle, la région est "sur-administrée mais sous-gouvernée".

Contrairement aux tensions des derniers jours, tous les élus écologistes ont soutenu le budget. La majorité de Jean-Jack Queyranne compte toutefois une défection : celle Armand Creus (Front de Gauche) qui s'est abstenu, pour dénoncer la réforme territoriale du gouvernement.

à lire également
Pollution Lyon lever jour © Tim
L’Insee Auvergne-Rhône-Alpes a publié le 24 juillet son « état de lieux des problématiques des territoires de la région au regard des objectifs de développement durable ». Celui-ci se recoupe en trois piliers : l’environnemental, l’économique et le social. Selon l’institut, sept territoires doivent être distingués pour mieux cerner les différents enjeux locaux de développement durable dans la […]
2 commentaires
  1. jerome manin - 20 décembre 2010

    'sur-administrée mais sous-gouvernée', M. Gollnisch trouve cela ''de moins en moins socialiste' ? Il est de plus en plus à coté de la plaque, qu'il dise merci à Queyranne, ce serait plus honnête.

  2. corgnolon - 20 décembre 2010

    Blanc bonnet, Bonnet blanc !

  3. mezig - 1 janvier 2011

    Le marché gare aurait eu besoin d'un bon lifting

  4. mezig - 1 janvier 2011

    pharaonique cette construction future ?? : les fers à béton semblent bien minces !!ou alors a t-on fait à l'économie pour recommencer quelque temps plus tard....

  5. mezig - 1 janvier 2011

    se pencher sur les lignes de fonctionnement et d'investissement dans un bureau!il faut les fouler du pied et s'y casser la figure de temps à autre dans l'escalier et ne pas faire semblant de jouer au défilé de la cote.

  6. mezig - 1 janvier 2011

    the beautiful blue danub yes of coursebut konkomitament the argent iron of Mathausen

  7. mezig - 1 janvier 2011

    une année noire : les kasars ce sera pour une autre session à Megève

  8. mezig - 2 janvier 2011

    Lyon a plus changé en 13 ans qu'en 20 ans

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut