Lévy
© Tim Douet

Borloo renonce : "l'énorme déception" de Fabienne Lévy

INTERVIEW - Fabienne Lévy, membre du parti radical de Jean-Louis Borloo se dit déçue de la décision de son candidat, Jean-Louis Borloo de ne pas se présenter finalement à la présidentielle. Les querelles d'égos et le résultat du parti aux sénatoriales ont eu raison de son engagement selon elle. Elle voit déjà plus loin et espère qu'il a su négocier des circonscriptions pour les prochaines échéances électorales.

Lyon Capitale : Comment avez-vous vécu , dimanche soir, l'annonce de l'abandon de Jean-Louis Borloo  ?

Très mal, j'ai ressenti une énorme déception. Une grosse surprise aussi. Sur le coup, une certaine incompréhension. Comme tous ses proches, je n'étais pas au courant. Je l'ai appris à la télévision, au moment où je recevais un mail d'explications dans ma boite aux lettres. Je l'ai lu ensuite.

Comment Jean-Louis Borloo s'est-il justifié ?

Il nous a expliqué qu'il y avait une confusion des centres, un manque de dynamique et qu'il ne pouvait donc pas continuer à porter cette responsabilité. A mon avis, la bataille d'égos a tout pourri ... Hervé Morin, son partenaire dans l'Alliance (ARES) voulait absolument y aller. Aux sénatoriales, il a manqué deux voix à Valérie Létard. Les grands électeurs ne nous ont pas suivi, c'est dommage. Cela fait longtemps que nous attendions un candidat à la Présidentielle, le 14 mai nous avions voté à 90 % la sortie de l'UMP pour créer une alliance républicaine. Celle-ci n'a pas pris a estimé Jean-Louis Borloo. C'est dommage, je pense que c'était le moment. Entre la gauche et l'UMP, il n'y a plus de salut... Il aurait dû attendre de voir comment se passaient les Primaires du PS …

Viendra-t-il jeudi à Lyon comme c'était prévu ?

Non, il a annulé.

Vers quel candidat allez-vous vous tourner en 2012 ?

Nous allons nous réunir en congrès fin 2011, début 2012. Nous déciderons à ce moment là, mais nous ne donnerons pas automatiquement nos voix à l'UMP. Nous restons indépendants. Jean-Louis Borloo a un projet, il existe un manifeste du parti radical. Nous choisirons le candidat qui porte le mieux ce projet. Ce ne sera pas Jean-Louis Borloo, nous verrons qui ce sera. Et j'espère qu'en bon chef de parti, Jean-Louis Borloo a su négocier un certain nombre de circonscriptions qui pourraient être laissées aux radicaux durant les prochaines échéances électorales. Il n'y a pas que la Présidentielle, d'autres élections viendront ensuite. Il faut voir au-delà.

à lire également
Maisons des Potes Hôtel de Ville Lyon
Rassemblement contre le racisme devant l'Hôtel de Ville, débat au centre socioculturel du Point du jour et exposition de l'association Cimade pour le soutien aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile : les "marcheurs" de l'association La Maison des potes font étape à Lyon ce lundi dans le cadre de leur tour de France de l'Egalité. 
1 commentaire
  1. romain blachier - 4 octobre 2011

    Les gens doivent savoir la vérité: M.Borloo a sans doute suivi le conseil de l'ex-élu de Lyon et membre du parti radical Robert Batailly qui lui a demandé de renoncer. Quelle influence 😉

  2. cesarus - 7 octobre 2011

    Lettre ouverte à Fabienne LevyDiscuter de circonscriptions, certes encore faut-il être capable et crédible. Fabienne Lévy, vous ne devez votre poste qu'à des magouilles d'état-major politique au sein de la droite. Malgré celà, vous vous ramassez des gamelles électorales à chaque élection, la municipale 2008 en est un bel exemple.Il est temps de cela cesse, nous en avons assez qu'à chaque élection locale que l'on nous mette des incapables et des bouffe-gamelles' dont vous faites malheureusement parti. Résultante de l'affaire : le Sénat est à gauche. Le 'peuple de droite' doit se réveiller et virer tous ces incapables dont vous fêtes parti. Je dis donc, basta, ça suffit.Gaullistement Claude JEANDEL

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut