Cécile Duflot

Affaire Copé : il devrait se taire et se cacher selon Duflot

La ministre du Logement était à Lyon ce vendredi matin. Interrogée sur les attaques visant Christiane Taubira, dans l’affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy, elle a eu des mots assez durs envers le patron de l’UMP.

"Quand on est mis en cause dans une affaire comme celle dans laquelle il est mis en cause, on se tait et on se cache", a affirmé ce matin la ministre EELV du Logement à 9h, en marge d'un déplacement à Lyon. Elle répondait à une question sur la demande de démission émanant du patron de l'UMP et visant Christiane Taubira. Rappelons que la garde des Sceaux est visée par l'UMP, qui demande sa démission, après ses déclarations contradictoires sur son niveau d'information au sujet des écoutes réalisées par la justice sur l'ancien président, Nicolas Sarkozy, et son avocat.

“Des méthodes professionnelles dignes de voyous”

Entre "des méthodes professionnelles dignes de voyous" et "l'honnêteté" de la garde des Sceaux, Cécile Duflot a choisi la seconde. Aussi la ministre écologiste soutient-elle sa collègue au gouvernement, à laquelle on ne peut selon elle reprocher d'avoir "laissé les gens travailler". "Des gens ont décalé la polémique afin de l'attaquer", ce qui ne doit pas faire ciller les Français, affirme la ministre.

Concernant Jean-François Copé, Cécile Duflot faisait référence à l'affaire "Bygmalion" révélée par le journal Le Point fin février, dans laquelle Jean-François Copé est soupçonné d'avoir enrichi une société appartenant à ses amis. Celle-ci aurait surfacturé de 20 % les meetings de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Il y en aurait pour 1,6 million de surfacturations ayant contribué à creuser les finances de l'UMP, selon les professionnels du secteur cités par Le Point.

à lire également
Pas d'image
Depuis 8h ce matin et jusqu'à 19h ce soir, 42 bureaux de vote sont ouverts à Lyon pour le premier tour de la primaire de la droite et du centre, qui vise à nommer parmi les sept candidats celui ou celle qui se présentera à l'élection présidentielle de 2017.
3 commentaires
  1. Marine - 16 mars 2014

    Franchement on ne peut lire ou écouter les informations sans voir tous nos élus se 'massacrer' par messages ou Tweet interposés. Toutes ces personnes devraient balayer devant leur porte avant de critiquer le voisin. Aujourd'hui la France subit de très très gros problèmes de finances, de délinquances, etc.... Et nos élus sont la à ce critiquer. Dommage

  2. LYOCAL - 28 mars 2014

    des vœux à la presse très politiques. Cécile Duflot a profité de cet exercice très convenu pour faire passer quelques messages. 'La gauche n’est pas soluble dans la doxa libérale', a-t-elle affirmé, tout en défendant une politique de l’offre écolo. Est-ce confortable d’être au gouvernement? A cette question qu’elle s’est elle-même posée, Cécile Duflot a répondu par une boutade. 'Quand on cherche du confort, on s’achète des pantoufles.

  3. LYOCAL - 28 mars 2014

    suite et Par petites touches, Cécile Duflot, sans pantoufles, a dépeint lors de ses voeux ce qui peut sembler être son inconfort, tout en adressant quelques mises en gardes. Vingt jours après l’annonce du pacte de responsabilité qui a fait les délices du Medef, l’écolo a avertit : ' La gauche n’est pas soluble dans la doxa libérale.'

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut